•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump aurait dévoilé des informations classifiées à la Russie

Le président américain Donald Trump et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans le bureau oval de la Maison-Blanche, le 10 mai 2017.

Le président américain Donald Trump et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans le bureau oval de la Maison-Blanche, le 10 mai 2017.

Photo : EPA / Ministère russe des Affaires étrangères

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain, Donald Trump, a dévoilé des informations classifiées au ministre russe des Affaires étrangères lors d'une rencontre organisée la semaine dernière à la Maison-Blanche, rapporte lundi le Washington Post.

S'appuyant sur des renseignements divulgués par des responsables américains anciens et actuels, le quotidien écrit que Donald Trump a livré des données susceptibles de mettre en péril une source informée des agissements du groupe armé État islamique (EI).

Selon le Washington Post, les informations dévoilées à Sergueï Lavrov et à l'ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kislyak, ont été fournies dans le cadre d'un accord d'échange de renseignements.

Ce partenaire n'avait pas donné à Washington la permission de partager avec Moscou ces informations, et les propos de Trump risquent de compromettre la coopération avec cet allié ayant accès aux rouages internes de l'EI, poursuit le Post, en citant plusieurs responsables anonymes.

Lors de sa rencontre avec Lavrov dans le bureau ovale, Trump s'est écarté de ses notes et a décrit dans le détail une menace liée à l'EI, concernant l'usage d'ordinateurs portables à bord d'avions, ont précisé ces responsables.

La divulgation de telles informations confidentielles, illégales pour la plupart des personnes, ne devrait toutefois pas inquiéter le président américain, ce dernier ayant la capacité de lever le secret gouvernemental, précise le journal.

La rencontre a eu lieu au lendemain du limogeage du patron du FBI, James Comey, chargé de l'enquête sur les liens éventuels entre les équipes de campagne de Trump et Moscou.

Donald Trump, président des États-Unis  

Le numéro deux des démocrates au Sénat, Richard Durbin, a dénoncé des commentaires « imprudents » et « dangereux » de la part du président, susceptibles de « mettre en danger [la] sécurité nationale ».

Interrogé sur les révélations du Washington Post, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, H.R. McMaster, qui a participé à la réunion, a assuré qu'aucune source de renseignement ni aucune méthode précédemment inconnue du public n'avait été évoquée. « L'histoire publiée [...] est fausse », a-t-il dit à des journalistes, précisant que des menaces communes aux deux pays, notamment liées à l'aviation, avaient été évoquées lors de l'entretien.

Reuters a appris mercredi de responsables proches du dossier que l'administration Trump pourrait étendre l'interdiction des ordinateurs portables en cabine à des pays européens, en raison de nouvelles informations sur les techniques utilisées par des groupes extrémistes.

Les autorités ont justifié ces restrictions par la possibilité que des ordinateurs et tablettes puissent être utilisés pour dissimuler des bombes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !