•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire du Québec un producteur de l'intelligence artificielle

Le recteur Guy Breton, le premier ministre Philippe Couillard et la ministre Dominique Anglade lors d'une conférence de presse
Le recteur Guy Breton, le premier ministre Philippe Couillard et la ministre Dominique Anglade Photo: Radio-Canada

La Silicon Valley cédera-t-elle le pas à la vallée du Saint-Laurent dans le domaine de l'intelligence artificielle? Le gouvernement du Québec y croit et délie les cordons de la bourse pour attirer de nouveaux chercheurs à Montréal.

Au moment où Québec annonce un investissement de 100 millions de dollars d’ici cinq ans pour soutenir cette nouvelle initiative, plusieurs estiment que Montréal est l’épicentre d’une révolution technologique.

« Nous devons être des producteurs d’intelligence artificielle et non que des consommateurs », a estimé le professeur Yoshua Bengio chercheur étoile dans le domaine.

« La constitution d’une grappe positionne encore plus avantageusement Montréal et le Québec en tant que pôle économique et scientifique de premier plan », a indiqué le premier ministre Philippe Couillard, qui souhaite que la province devienne l’un des 10 pays meneurs au sein de l’OCDE en matière de recherche et innovation d’ici 2022.

Un comité d’orientation formé de 12 personnes provenant des milieux économique et universitaire se chargera de l’élaboration d’un plan stratégique pour stimuler la recherche et l’innovation en intelligence artificielle. Ce comité sera coprésidé par le président et chef de la direction de Claridge, Pierre Boivin, et le recteur de l’Université de Montréal, Guy Breton.

Nous avons le talent, nous avons le savoir-faire.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Le projet de grappe en intelligence artificielle génère beaucoup d’enthousiasme, tant dans le milieu universitaire que dans le milieu des affaires », souligne le recteur Guy Breton.

Selon M. Couillard, l’investissement provincial servira principalement à embaucher des professeurs pour stimuler la recherche dans le secteur.

Grand Montréal

Économie