•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise à Démocratie Québec : Anne Guérette règle ses comptes

Radio-Canada

La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, dont la formation est secouée par une importante crise interne, s'est vidé le coeur lundi à propos des événements des derniers jours. Elle a dénoncé le manque de loyauté des conseillers Yvon Bussières et Paul Shoiry en plus de sévèrement critiquer son ancien adversaire dans la course à la chefferie, François Marchand.

Un texte de Louis Gagné

« Dès mon élection à la tête de Démocratie Québec, j’ai tenté d’être rassembleuse, mais Yvon Bussières et Paul Shoiry ne m’ont jamais appuyée », a déploré Mme Guérette en référence aux deux conseillers municipaux qui ont claqué la porte de son parti au cours des derniers mois.

Visiblement en colère, Mme Guérette a affirmé que le temps était venu de faire le ménage et de se départir des membres en qui elle ne peut avoir confiance en raison de leur manque de loyauté. Elle soutient que « la tempête est passée », mais n’exclut pas d’autres départs.

Crise interne

Vendredi matin, Radio-Canada révélait l’existence d’un conflit entre Anne Guérette et six membres du cabinet de Démocratie Québec.

Quelques heures plus tard, le conseiller Paul Shoiry annonçait qu’il quittait la formation politique pour siéger en tant qu’indépendant. L’élu a expliqué sa décision par le climat de crise qui règne présentement au sein de Démocratie Québec.

« M. Shoiry a beaucoup critiqué, mais il n'a jamais partagé son expérience et n'a jamais apporté de solutions », a dénoncé Anne Guérette. Elle a également reproché à Paul Shoiry d'avoir considéré son parti comme un plan B en vue de l'élection municipale de novembre.

Autre départ

Dimanche, on apprenait que la chef de cabinet de Démocratie Québec, Isabelle Vaillancourt, avait à son tour claqué la porte du parti.

Anne Guérette n’a pas voulu commenter en profondeur le départ de sa chef de cabinet. Elle a toutefois mentionné à mots couverts qu’Isabelle Vaillancourt n’avait pas été entièrement loyale à son égard et ne lui avait pas fait preuve d’un soutien indéfectible.

Guérette écorche Marchand

Anne Guérette a également décoché des flèches à l’endroit de l’avocat François Marchand, qu’elle a défait l’automne dernier dans la course à la direction de Démocratie Québec. Elle le soupçonne de ne pas avoir respecté le résultat du vote, ce qui traduit selon la chef « un manque flagrant de respect pour la démocratie ».

La chef de l’opposition officielle a martelé qu’elle resterait en place et qu’elle ne céderait pas à « l’intimidation ». Anne Guérette a rappelé qu’elle avait été élue démocratiquement et qu’elle entendait se présenter lors de l’élection municipale de novembre.

Québec

Politique municipale