•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pièce oubliée à l’origine de l’effondrement d’une éolienne

Cette éolienne de 80 mètres s'est effondrée pendant des travaux de réparation au Cap-Breton.

Cette éolienne de 80 mètres s'est effondrée pendant des travaux de réparation au Cap-Breton.

Photo : CBC/Brett Ruskin

CBC

L'effondrement d'une éolienne à Point Tupper, au Cap-Breton, en août dernier, aurait été causé par l'oubli d'une pièce minuscule, une rondelle, dans le moyeu de l'appareil, pendant des travaux d'entretien.

C’est du moins ce qui ressort de courriels que se sont échangés le fabricant de l’éolienne, Enercon Canada, et le ministère du Travail de la Nouvelle-Écosse. CBC les a obtenus grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

L’éolienne s’est écrasée au sol le 17 août dernier. Personne n’a été blessé lors de l’incident, le seul cas connu d’une éolienne qui s’est effondrée au Canada.

Qu’est-ce qui s’est passé? Les courriels décrivent les travaux faits sur l’éolienne au cours des journées qui ont précédé l’incident. Le moyeu a été remplacé à cause d’une pièce endommagée.

« On entend un bruit »

Les pales avaient été enlevées pour l’opération ; elles ont été réinstallées et c’est au moment de redémarrer l’éolienne, pour en faire l’essai, que les travailleurs ont entendu un bruit anormal.

« Lorsqu’on déverrouille le rotor, on entend un bruit (qu’on soupçonne provenir d’une rondelle oubliée dans le moyen) », peut-on lire dans un courriel.

Un technicien d’Enercon a alors ouvert le moyeu pour essayer de localiser la rondelle. Il a alors remarqué que l’angle des pales était incorrect.

Toujours selon le courriel, un frein électromagnétique n’a pas été appliqué. Le technicien a plutôt demandé à ses collègues de descendre de l’éolienne.

Évacuation

Le parc éolien a été évacué dès qu’on a jugé que la situation devenait dangereuse, selon le courriel.

« Quatre heures après l’évacuation de la turbine, la tour s’est effondrée sans blesser personne, sans explosion ni feu, donc il n’était pas nécessaire de rapporter cet incident de dommage à la propriété conformément à la Loi sur la santé et la sécurité et aux règlements », y précise-t-on.

L'éolienne au sol, dans le parc éolien de Point Tupper, au Cap-Breton

Les travailleurs ont pu quitter le site avant que l'éolienne s'écrase au sol.

Photo : CBC

Un deuxième courriel envoyé par des fonctionnaires au sous-ministre de l’Énergie décrit aussi l’incident en termes plus imagés. « Il s’est produit un incident lors duquel les pales de la turbine ont frappé la tour et l’ont fait plier comme un morceau de paille. »

Le ministère avait alors émis un ordre de suspension des travaux, le temps qu’Enercon explique ce qui s’était produit.

Cet ordre a été levé quatre mois plus tard, après que l’entreprise eut répondu à toutes les demandes d’information du gouvernement.

Les turbines d’Enercon sont très présentes dans le paysage néo-écossais : ses éoliennes produisent 2,6 MW, qui alimentent en électricité des milliers de demeures.

Le modèle de la turbine qui s’est effondrée au Cap-Breton existe aussi dans d’autres régions de la province.

D'après des informations de Brett Ruskin, CBC

Nouvelle-Écosse

Prévention et sécurité