•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une communauté construit une cheminée pour sauver des oiseaux

Le retour des martinets ramoneurs à leur cheminée de prédilection en fin de journée est devenu un spectacle rarissime au Manitoba.
Des martinets ramoneurs au Manitoba Photo: Radio-Canada

Il était une fois des martinets ramoneurs qui nichaient heureux dans une vieille cheminée à Trinité-des-Monts. Mais voilà : elle était trop vieille et devait être détruite. Les gens du village ont alors fait construire une nouvelle cheminée pour sauver leur refuge.

Un texte de Brigitte Dubé, d'après le reportage de Denis Leduc

Les Trinitois attendent maintenant le retour prochain de ces oiseaux migrateurs qui passent l’été plus au sud. Ils nourrissent l’espoir qu’ils acceptent leur nouveau logis.

Ce qui ressemble à un conte est l’histoire d’un village dont les habitants se sont mobilisés pour sauver le point de repère d’une colonie d’une centaine de ces oiseaux qui s’apparentent à des hirondelles.

La cheminée en question est celle de l’école. Comme l’édifice est désuet et contaminé, la Municipalité n’a d’autre choix que de le détruire.

La cheminée que fréquentent  les martinets ramoneursLa cheminée que fréquentent les martinets ramoneurs Photo : Radio-Canada
Le maire de Trinité-des-Monts, Yves DutrozLe maire de Trinité-des-Monts, Yves Dutroz Photo : Radio-Canada

Toutefois, un membre du Regroupement QuébecOiseaux est venu sonner l’alarme, expliquant la valeur de la cheminée sur le plan ornithologique, mentionne le maire, Yves Detroz.

« On ne savait pas que Trinité-des-Monts est une des rares municipalités au Québec à abriter un dortoir de martinets ramoneurs et que c’est un oiseau en voie d’extinction », dit-il.

Devant cet obstacle, la Municipalité a décidé de voir les choses autrement et de construire une nouvelle cheminée pour préserver la colonie. Avec ce projet qui a mobilisé beaucoup de monde, on espère aussi créer un observatoire et attirer les amateurs d’ornithologie.

La nouvelle cheminée sera installée près de l'ancienne afin de perturber les oiseaux le moins possible La nouvelle cheminée sera installée près de l'ancienne afin de perturber les oiseaux le moins possible Photo : Radio-Canada

Ce qui, au départ, était une contrainte est devenu un projet rassembleur. Une contrainte, si on la regarde différemment, n’est pas toujours une contrainte. Ça dépend de la vision qu’on en a.

Yves Detroz, maire de Trinité-des-Monts

Même les étudiants en maçonnerie du Centre de formation professionnelle Rimouski-Neigette ont été mis à contribution pour ériger la nouvelle structure.

Un rare spectacle

Un martinet ramoneur en volUn martinet ramoneur en vol Photo : Détail d'une illustration de Jean-Jacques Audubon

La directrice générale de la Municipalité, Nadia Lavoie, indique que la nouvelle cheminée sera un peu « vieillie » pour ressembler le plus possible à l’ancienne. Elle sera d'ailleurs installée tout près. « On n’a aucune certitude si ça va fonctionner. On n’a aucun pouvoir là-dessus », admet-elle.

Nadia Lavoie décrit le comportement des martinets ramoneurs, qui ressemble à un ballet :

C’est de toute beauté! C’est comme un nuage d’oiseaux qui arrivent et survolent la cheminée et entrent en plongeant. C’est exceptionnel! C’est une fierté pour nous autres.

Nadia Lavoie, directrice générale de la Municipalité de Trinité-des-Monts

Les martinets ramoneurs séjournent à Trinité-des-Monts de mai à septembre. Au début, les gens croyaient qu’il s’agissait de chauves-souris.

Selon l’ornithologue Christian Artuso, ils préfèrent les cheminées et les troncs d’arbres creux parce que leurs pattes ne leur permettent pas de se poser sur une branche d’arbre.

Ils se nourrissent d’insectes et leur population est estimée à 2500 nicheurs au Québec.

Bas-Saint-Laurent

Environnement