•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : l'état d’urgence prend fin à Montréal, la Mauricie sur ses gardes

Le reportage de Mathieu Dion
Radio-Canada

La situation s'améliore dimanche dans les régions inondées du Québec, notamment en Outaouais et à Montréal, où l'état d'urgence est levé. Les autorités demeurent toutefois sur le qui-vive en Mauricie et dans le Centre-du-Québec puisque le niveau des cours d'eau est toujours très élevé.

Si le débit et le niveau de l’eau du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice y sont en légère diminution, la vigilance est de mise. Près de 20 mm de pluie sont attendus dimanche et les effets pourraient se faire sentir dans les 24 à 48 prochaines heures

La municipalité de Yamachiche, en Mauricie, a d’ailleurs décidé de renouveler l’état d’urgence qui venait à échéance dimanche. Le maire Michel Isabelle en a fait l'annonce samedi soir. Vélocité des vents, précipitations, marée et barrages d’Hydro-Québec sont autant de facteurs qui pourraient influencer la situation pour le meilleur ou pour le pire.

« Les imprévus de la météo sont encore nombreux, a expliqué le maire à RDI. Il y a plusieurs choses qu’on ne contrôle pas alors on va tenter de rester au courant et de faire face à la musique s’il y a lieu. Il ne s’agit pas d’inquiéter nos gens non plus. »

Les quelque 500 militaires des Forces canadiennes continueront à prêter main-forte à la population mauricienne.

Le plus récent bilan :

  • 121 municipalités sinistrées
  • 21 administrations en état d’urgence
  • 4552 résidences inondées
  • 3891 personnes évacuées
  • 472 rues et routes touchées

Sources : Gouvernement du Québec

Devant le rétablissement de la situation, le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux a tenu à rassurer les sinistrés sur Facebook. « Le gouvernement du Québec continuera à appuyer les municipalités et les citoyens touchés avec son Programme d'aide financière et ses efforts de coordination de la Sécurité civile »,a-t-il écrit.

La Marine canadienne arrive à Montréal

Des soldats canadiens avant leur départ à bord du NCSM Montréal au port de Trois-RivièresDes soldats canadiens avant leur départ à bord du NCSM Montréal au port de Trois-Rivières Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Après quelques jours amarré à Trois-Rivières pour doubler les effectifs en Mauricie, le navire de la Marine royale canadienne s'est dirigé dimanche vers Montréal. Pas moins de 120 soldats du 2e bataillon Royal 22e Régiment ont pris la relève de l'équipage du NCSM Montréal.

Bien que le bateau devait participer initialement aux festivités du 375e, l’équipage rejoint le centre de coordination afin de mieux évaluer les besoins des régions sinistrées.

Alors que la situation s’améliore dans la grande région de Montréal, l’état d’urgence a pris fin dimanche, comme l’a annoncé le maire Denis Coderre. Les efforts se concentrent à Laval où plusieurs militaires travaillent d’arrache-pied pour monter un pont temporaire vers l’île-Verte.

Une opération de nettoyage massif est en d'ailleurs cours pour de nombreux Montréalais touchés par les récentes inondations.

Plusieurs estiment que les dommages qu'ils constatent s'élèveront à des dizaines de milliers de dollars et soutiennent que l'aide proposée par le gouvernement ne permettra pas de supporter la plupart des coûts.

Dimanche matin, de nombreux sinistrés de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro se sont présentés à une séance d’information sur la façon de réintégrer leur foyer et sur l’aide financière, au Centre civique de Dollard-des-Ormeaux.

C'est long. C'est dur d'avoir des réponses à nos questions pour savoir exactement ce qu'il se passe. Qui va nous aider? On nous dit d'écouter, mais ça demeure pas clair.

Une sinistrée de Pierrefonds-Roxboro

Après la séance d'information, les résidents ont pu laisser leurs coordonées, afin d'être recontactés plus tard par un analyste du ministère de la Sécurité publique pour examiner leur situation et remplir les formulaires de réclamation.

 

Situation critique à Rigaud

Si l'état d'urgence est levé, l'ordre d'évacuation tient toujours à Rigaud. Les autorités ont installé un périmètre de sécurité, notamment sur la route menant à la zone sinistrée.

Les résidents qui souhaitent aller voir leur maison doivent donner leurs coordonnées aux policiers et sont passibles d'une amende variant de 1000 à 5000 $. Aucune contravention n'a encore été émise.

Encore 19 personnes refusent de quitter leur demeure, même si elle est jugée dangereuse.

« Les gens comprennent la situation, convient Luc Boyer des services de développement économique de Rigaud. C'est sûr qu'il y a une sensibilité parce que c'est leur maison. Leur propriété est laissée seule et ils ne sont pas chez eux. Je dirais que le moral des gens est assez bon. »

La Ville fera le point avec la sécurité publique en matinée pour voir si des propriétaires pourront regagner leur domicile dès mardi.

Une séance d'information sur les programmes offerts se tiendra lundi. C’est la troisième du genre à avoir lieu.

Grand nettoyage en Outaouais

Alors que la rivière des Outaouais retourne dans son lit, les riverains à Gatineau peuvent réintégrer progressivement leur foyer et commencent déjà la corvée de nettoyage. Matériaux de construction, meubles, électroménagers : les déchets s'amoncellent déjà au bord des rues, tout comme les milliers de sacs de sable.

« Ici, il y a l’apport des Forces canadiennes et des cols bleus entre autres pour retirer les sacs de sable », explique Jean Boileau de la Ville de Gatineau, ajoutant que déjà 6000 sacs ont été ramassés.

La Ville donnera bientôt plus d’informations sur la collecte des déchets, mais aussi des sacs de sable. Un grand nettoyage est prévu les 20 et 21 mai.

Renforts venant des Maritimes

La Croix-Rouge canadienne a par ailleurs dépêché des membres de son personnel des Maritimes auprès de milliers de personnes touchées par des inondations au Québec. Trois d'entre eux sont déjà sur le terrain. D'autres sont attendus dans les prochains jours afin de prendre le relais des bénévoles qui travaillent sans relâche depuis deux semaines.

Inondations printemps 2017 

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement