•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les inondations, gare aux escrocs

Les débris de construction s'empilent sur les terrains de la rue Cousineau, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à Montréal.

Les débris de construction s'empilent sur les terrains de la rue Cousineau, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'eau commence à se retirer de plusieurs régions du Québec qui ont été touchées par des inondations. Pendant que les sinistrés constatent les dégâts causés par les inondations, les entreprises de nettoyage se bousculent pour offrir leurs services. Les experts invitent la population à se méfier des arnaqueurs.

Après avoir été inondée, la rue Cousineau, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à Montréal, est maintenant un immense chantier de construction.

Amas de débris partout sur les terrains, conteneurs surchargés : plusieurs citoyens ont profité du soleil samedi pour commencer l'opération démolition et nettoyage.

Rencontrée sur place, Josée Daoust veille sur la maison de son père pendant que des employés démolissent le sous-sol, inondé par quatre pieds d’eau.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Josée Daoust, une sinistrée

Photo : Radio-Canada

N’ayant ni le temps ni l’énergie pour chercher une entreprise spécialisée dans les travaux d’après-sinistres, elle a accepté la proposition d’un entrepreneur qui offre ses services en cognant aux portes avec ses cartes professionnelles. Jusqu’à présent, elle se dit satisfaite.

« J’ai validé le numéro de la Régie du bâtiment sur Internet et j’ai vérifié s’il y avait déjà eu des plaintes. Tout semble correct, alors ça va. »

— Une citation de  Josée Daoust, sinistrée

Peur de la moisissure

Plus loin dans la rue, Yannick Léveillé supervise le travail de ses employés.

« Sans vouloir faire de jeu de mots, on est inondés d'appels, confirme le directeur du département d’urgence chez Groupe RPL. La fatigue se fait sentir chez nos employés, il faut relever les équipes pour offrir un maximum d’aide aux sinistrés. »

M. Léveillé le constate, les sinistrés sont dépassés par la situation.

« Ce qui circule beaucoup, c'est que les travaux doivent être faits rapidement. Les gens ont peur de la moisissure, donc quand des entrepreneurs se présentent chez eux, ils leur ouvrent leur porte même s’ils ne les connaissent pas. Comme dans d’autres industries, des gens malintentionnés essaient d’en profiter », prévient-il.

Le représentant de Groupe RPL mentionne que même si les citoyens ne sont pas couverts pour ces dégâts d’eau, ils peuvent contacter leur assureur et demander qu'on leur suggère des entreprises de confiance.

Un appel à la prudence du maire Coderre

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Montréal Denis Coderre

Photo : Radio-Canada

En point de presse samedi midi, le maire de Montréal Denis Coderre a lancé un appel à la prudence.

« Il y a peut-être des gens qui vont avoir le goût de faire du porte-à-porte et d'offrir leurs services. Il n'y a pas eu de cas de fraude rapportés jusqu’à présent, mais pour des raisons de sécurité, soyons vigilants », a demandé M. Coderre.

L'importance d'avoir un contrat écrit

Du côté de l'Office de la protection du consommateur, on répète l'importance de signer un contrat.

« Malgré la vulnérabilité et l'état d'esprit des sinistrés, il faut prendre le temps de faire le bon choix », estime Charles Tanguay, responsable des communications.

« Demandez plus d'une soumission et détaillez les travaux à effectuer dans un contrat écrit. »

— Une citation de  Charles Tanguay, Office de la protection du consommateur

M. Tanguay conseille aussi de ne pas verser un acompte trop important, mais plutôt de payer à la fin des travaux, quand ils sont terminés et à la satisfaction des clients.

D'après les informations de Louis-Philippe Ouimet

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !