•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tulipe, une spécialité de l'Île-du-Prince-Édouard

Radio-Canada

L'entreprise Vanco Flowers, à l'Île-du-Prince-Édouard, est la seule qui cultive des tulipes à grande échelle en Atlantique, et elle en produit plusieurs millions par année.

La production bat son plein de janvier à mai. Tandis que les fleurs poussent dans les serres, les consommateurs en achètent au détail pour la Saint-Valentin, Pâques et la fête des Mères.

« C'est une période excessivement occupée, où notre production va peut-être doubler, tripler par rapport à une semaine régulière », souligne Ann Carrière, responsable des ventes et des relations avec la clientèle à Vanco Flowers.

Les fermes Vanco ont fait appel au jeune Néerlandais Bas Arendse, en 2006. Il a aidé l'entreprise à se lancer dans ce marché qui était nouveau pour elle. Aujourd'hui, la production varie de quatre à cinq millions de fleurs par année.

« On les cueille avec le bulbe, ce qui maintient une bonne force jusqu'à ce qu'elles passent par la chaîne de montage et d'emballage », dit Mme Carrière.

Des millions de tulipes dans une grande serreLes tulipes de Vanco Flowers sont distribuées à Boston, à Montréal et en Atlantique. Photo : Radio-Canada

Ann Carrière mentionne qu'au Canada, l'entreprise est l'une des rares à produire ses propres bulbes, et que les conditions climatiques à l'Île-du-Prince-Édouard sont idéales pour ce type de culture.

« Le sol extérieur a de très bonnes conditions. Un sol un peu sablonneux, qui ressemble à ce qu'on retrouve aux Pays-Bas, pour faire la culture de cette plante », précise-t-elle.

« Comme on a un printemps qui est un petit peu plus tardif, ça nous permet de poursuivre notre production un peu plus tard », ajoute Mme Carrière.

Une trentaine d'employés maintiennent la cadence de la production, 12 heures par jour.

« On a une ligne au laser sur le tapis roulant qui nous indique la longueur que les tulipes doivent avoir. [...] Elles passent ensuite par un robot qui va les emballer par paquets de 10. [...] Leur prochain parcours, c'est dans la salle de réfrigération, où elles vont ensuite être mises dans des boîtes, et envoyées chez nos clients », explique Ann Carrière.

Les boîtes de fleurs sont ensuite expédiées à Boston, à Montréal et en Atlantique.

C'est beaucoup de travail, beaucoup, beaucoup de travail pour amener un bouquet de tulipes sur la table de quelqu'un.

Ann Carrière, responsable des ventes et des relations avec la clientèle à Vanco Flowers

La saison de production de tulipes se termine avec la fête des Mères.

D’après le reportage de Jean-Luc Bouchard

Île-du-Prince-Édouard

Affaires