•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier : le plan de rémunération des dirigeants est confirmé

De gauche à droite : John Di Bert, vice-président principal et chef de la direction financière, Alain Bellemare, président et chef de la direction, et Fred Cromer, président Avions commerciaux

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Radio-Canada

Réunis en assemblée générale annuelle à Dorval, les actionnaires de Bombardier ont approuvé à 93,47 % le controversé plan de rémunération des dirigeants de l'entreprise. La décision a été prise quelques heures après que Bombardier eut annoncé que Pierre Beaudoin renonce à ses fonctions de président exécutif du C.A. de Bombardier à compter du 30 juin 2017.

Le vote sur la politique de rémunération des dirigeants de Bombardier, qui n'est pas contraignant, ne constitue pas une surprise dans la mesure où, grâce à des actions à droit de vote multiple, la famille Beaudoin-Bombardier contrôle à elle seule 53,23 % des droits de vote, même si elle ne détient qu'environ 13 % des titres en circulation.

Au cours des derniers jours, la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Fonds de solidarité FTQ, et d'autres fonds institutionnels canadiens et américains qui détiennent des actions de Bombardier, ont critiqué cette politique de rémunération. Ils s'opposaient également à la réélection de Pierre Beaudoin à la tête du conseil d'administration.

Cette dernière prise de position n'a qu'en partie porté ses fruits dans la mesure où Bombardier a annoncé en début de journée que les responsabilités de M. Beaudoin seront réduites. À compter du 30 juin, il demeurera président du conseil d'administration, mais il abandonnera les fonctions « exécutives » qui étaient rattachées à ce titre.

Concrètement, M. Beaudoin se retirera donc de la gestion quotidienne et du développement des affaires de l’entreprise. Il ne contribuera plus aux opérations stratégiques, ne soutiendra plus les ventes et ne participera plus aux voyages de promotion de l’entreprise, a expliqué Bombardier.

Ce changement reflète le grand succès de la transition du leadership exécutif de Bombardier à Alain [Bellemare, le président et chef de la direction de Bombardier] au cours des deux dernières années.

Pierre Beaudoin, par voie de communiqué

« Je suis heureux de continuer à travailler avec le conseil d'administration pour appuyer Alain et son équipe à titre de président du conseil, poursuit-il. Avec la très solide équipe de haute direction désormais en place, l'entreprise est résolument en bonne voie d'exécuter son plan de redressement et de renouer avec une croissance durable à long terme. »

Ce changement a été entériné en matinée par les actionnaires lors de l'assemblée générale, qui s'est tenue au centre de finition des avions Global de Bombardier. M. Beaudoin a ainsi été réélu à la tête du conseil d'administration à 92,32 %. Quatorze autres membres du conseil ont été reconduits dans leur fonction.

Le président du comité de rémunération de Bombardier, Jean Monty, a expliqué aux actionnaires que le salaire de M. Beaudoin « sera ajusté pour réfléter ses nouvelles responsabilités », sans donner plus de détails.

 

Pas assez, dit Lisée

À l'extérieur du centre de finition, des dizaines de manifestants réunis par des organisations syndicales et Québec solidaire agitaient des banderoles et scandaient des slogans pour dénoncer les salaires des dirigeants de l'entreprise.

« Je ne sais pas si les dirigeants de Bombardier sont assez bêtes, déconnectés, pour croire que la population du Québec va acheter ça, va se satisfaire que M. Beaudoin change de chaise », a dénoncé le député de Québec solidaire, Amir Khadir, qui était présent pour l'occasion. « Ce n'est pas ça que les gens demandent. »

Ce que les gens demandent, c’est qu’il y ait une fois pour toutes une politique de rémunération claire, qui ne permette plus à des irresponsables comme lui, et sa gang, et Daniel Johnson, et le reste des gens, d’utiliser des fonds publics pour s’enrichir personnellement.

Amir Khadir

Peu avant l'assemblée, le chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale, Jean-François Lisée, avait fait valoir que le changement de responsabilités de Pierre Beaudoin ne répondait pas aux attentes. « C’est une mesure, mais c’est une demi-mesure. Je serais très intéressé de voir comment la Caisse [de dépôt] et le Fonds de solidarité réagissent à cette demi-mesure », a-t-il déclaré dans l’enceinte du parlement.

Ce n’est pas ce qu’ils avaient demandé. Ils ont demandé le retrait de M. Beaudoin du conseil d’administration. Il se retire à moitié. Je pense que ce serait sain qu'il ne soit plus président du conseil d'administration.

Le chef péquiste Jean-François Lisée

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a pour sa part préféré ne pas commenter la décision. « C'est aux actionnaires de se prononcer, a-t-il dit. L'État, le gouvernement, n'est pas actionnaire; nous n'avons pas à nous prononcer. Depuis le début, j'avais dit que c'était une décision qui devait être discutée parmi les actionnaires de l'entreprise, et c'est ce qui se fait maintenant. »

Un porte-parole de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Maxime Chagnon, a souligné que le geste posé par M. Beaudoin constitue « un pas dans la bonne direction », puisqu'elle « enlève l’ambiguïté à la tête de l’entreprise ».

« Cela dit, sur le plan des principes, nous continuons de croire que Bombardier a besoin d’un président indépendant du conseil, a-t-il ajouté. En ce qui concerne l’équipe de direction, nous constatons qu’elle poursuit l’exécution de son plan, étape par étape, comme le démontrent les résultats du trimestre. »

Un « bon moment » pour que Beaudoin change de rôle, dit Bellemare

Après l'assemblée annuelle des actionnaires, le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, a souligné qu'il s'agissait d'un « bon moment » pour le changement de responsabilités de Pierre Beaudoin. Son nouveau rôle, a-t-il dit, ressemblera à celui de n'importe quel autre président du conseil d'administration.

« C’est des décisions du conseil d'administration, et non pas du président et chef de la direction de l’entreprise. On a eu une transition qui a été smooth, qui a été stable. Ça m’a permis de bâtir une équipe, d’aller chercher le talent dont on avait besoin pour faire la transformation de Bombardier », a-t-il dit.

M. Bellemare ne s'est toutefois guère étendu sur le sujet, soulignant que celui-ci avait été discuté « beaucoup plus que ce n'était nécessaire » lors de l'assemblée.

Il n'a été guère plus loquace quant aux nombreuses critiques que s'attire toujours la politique de rémunération dont il bénéficie. Interrogé sur un récent sondage montrant que plus de 9 Québécois sur 10 sont en désaccord avec cette approche salariale, il a assuré que l'entreprise a fait ce qu'elle devait faire.

On a écouté les gens, on a pris des actions, on a fait des modifications importantes. Aujourd’hui, le vote des actionnaires est clair. Il y a un support fort pour la décision du conseil. [...] Ce qui est important pour l’équipe de direction, c’est d’assurer le succès de Bombardier à long terme.

Alain Bellemare

« La meilleure chose qu’on peut faire présentement, c’est rester concentré sur ce qu’on a à faire comme équipe de direction, de passer à l’étape suivante, qui est de […] vendre plus d’avions, de faire croître nos carnets de commandes et les livrer au client », a-t-il ajouté.

La controverse de la rémunération

Bombardier a provoqué l’ire de la population québécoise, en mars, en proposant des hausses de rémunération de ses hauts dirigeants de l’ordre de 50 % alors que la société avait été sauvée de la faillite grâce à des injections de fonds publics en 2015.

Le gouvernement de Philippe Couillard a investi 1,3 milliard de dollars dans la C Series (Nouvelle fenêtre) et la Caisse de dépôt et placement du Québec a injecté 2 milliards de dollars dans la division transport  (Nouvelle fenêtre)de l’entreprise en 2015.

En raison de la pression populaire, Bombardier a finalement reporté d'un an, soit jusqu'en 2020, certains paiements qui devaient être versés à compter de 2019 à ses six plus hauts dirigeants.

Initialement, leur rémunération globale devait totaliser 32,6 millions de dollars, ce qui représentait une augmentation de 50 % sur un an.

M. Lisée reproche au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, d’avoir raté une occasion de dénoncer les hausses de rémunérations des hauts dirigeants de Bombardier.

« M. Couillard aurait dû mettre son poids moral dans la balance, a-t-il indiqué. Il a préféré rester sur ses déclarations antérieures, où il met son poids dans la balance du côté des hausses de rémunérations et de la gouvernance actuelle. »

Si, aujourd’hui, les actionnaires n’arrivent pas à avoir les changements désirés, ils pourront dire que Philippe Couillard a fait partie du problème plutôt que de la solution.

Jean-François Lisée

Le président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC), Daniel Thouin, s'est dit satisfait de la décision de M. Beaudoin.

Je pense que la pression était tellement forte que M. Beaudoin n’avait pas vraiment le choix. Je pense qu’il aurait pu comprendre bien avant que son temps était fait et qu’il pouvait passer la main à la relève.

Le président du MEDAC, Daniel Thouin

Daniel Thouin estime cependant que l'entreprise à beaucoup à faire en matière de gouvernance, notamment en ce qui concerne le vote des actionnaires.

Laurent Beaudoin surpris de la réaction de la Caisse

Le président émérite du conseil de Bombardier, Laurent Beaudoin, a par ailleurs affirmé jeudi être surpris du traitement que réserve la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) à l’entreprise.

Dans une rare apparition publique, l’architecte de l’entreprise québécoise a soutenu qu’il était anormal que la CDPQ fasse part de son opposition quant à la réélection de Pierre Beaudoin à la tête du conseil d'administration de Bombardier.

« Il me semble qu'ils auraient pu nous parler. Ce n'est pas normal qu'au Québec on en profite pour faire une sortie comme cela », a déclaré l’homme de 78 ans après l'assemblée.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a publié lundi une lettre critiquant la gouvernance de Bombardier. D'autres investisseurs institutionnels, comme le Fonds de solidarité FTQ, le régime de retraite des enseignants de l'Ontario (Ontario Teachers) et l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) ont par la suite refusé d'appuyer la réélection de Pierre Beaudoin et se sont opposés aux salaires des patrons.

Laurent Beaudoin, qui est avec Bombardier depuis 1963, n'a toutefois pas laissé entendre que les relations entre l’entreprise et la CDPQ serait détériorées par cette sortie. Cette dernière possède 53 millions d'actions de catégorie A et B et 30 % de Bombardier Transport.

Des résultats en baisse

Bombardier a également présenté ses résultats du premier trimestre 2017 avec une perte nette de 42 millions de dollars canadiens (31 millions de dollars américains). Les pertes s’élevaient à 189 millions de dollars canadiens (138 millions de dollars américains) à la même période l’an dernier.

Les revenus de l’entreprise ont aussi diminué de 9 % et s’élèvent à près de 5 milliards de dollars (3,58 milliards de dollars américains).

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie