•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : cafouillage autour de l'initiative de Sylvie Goneau

Sylvie Goneau en entrevue à Radio-Canada.
Sylvie Goneau a déploré l'intervention tardive des Forces armées canadiennes. Photo: Radio-Canada

La conseillère municipale et candidate à la mairie Sylvie Goneau a créé une certaine surprise, mercredi matin, en annonçant la création d'un nouveau « quartier général » pour les sinistrés. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a rapidement précisé qu'il s'agissait d'une « initiative personnelle » de celle qui représente le district de Bellevue.

Dans un communiqué portant l'en-tête du Bureau des conseillers de la Ville de Gatineau, Mme Goneau a annoncé la mise sur pied d'un « poste de coordination pour les sinistrés qui se battent encore contre les eaux et désirent rester chez eux ».

Le poste, qui offre notamment aux sinistrés un service de navette et des repas, est installé au coin des rues de Versailles et Watt, dans le Vieux-Gatineau. Elle-même victime des inondations, Mme Goneau a expliqué sa démarche.

« Comme sinistrés, c'est quelque chose qu'on a demandé dès le début à la Ville, mais qu'on n'a jamais pu avoir », a-t-elle précisé dans le communiqué. « Le but de ce poste est que les gens ne se sentent pas délaissés et soient appuyés. »

« Initiative personnelle »

Interrogé sur la création de ce centre lors d'une mêlée de presse, mercredi à 10 h, le maire Pedneaud-Jobin a souligné qu'il s'agissait d'une « initiative personnelle » de Mme Goneau.

« Il n'y a pas de nouveau centre d'accueil des sinistrés. Les sinistrés doivent se présenter au centre communautaire Jean-René Monette et [...] à l'ancien hôtel de ville de Masson-Angers », a-t-il rectifié, tout en souhaitant qu'il n'y ait pas de « confusion dans le message ».

« L'initiative personnelle de Mme Goneau, c'est vraiment pour aider à donner des services aux sinistrés à un endroit précis. [...] Il y a eu des initiatives comme ça partout », a-t-il poursuivi.

Le maire a assuré que ce n'était « pas le bon moment pour se chicaner ». « On fera le bilan de tout ça à la fin », a-t-il conclu.

La conseillère reconnaît l'erreur

Peu de temps après le point de presse du maire, l'attaché de presse de Mme Goneau a envoyé une nouvelle note aux médias pour préciser les intentions de la conseillère.

« Veuillez prendre note que le communiqué envoyé ce matin de la part de Sylvie Goneau n’aurait pas dû inclure le logo de la Ville de Gatineau, car l’initiative de Mme Goneau a été prise à titre bénévole/sinistrée et non à titre de conseillère municipale », a indiqué Patrick Voyer.

En entrevue avec Radio-Canada, Mme Goneau s'est défendue d'avoir profité de la crise pour faire de la politique.

« Moi, je n'ai pas lancé des roches d'un fait politique », a-t-elle dit. « J'ai exigé, j'ai demandé, j'ai revendiqué ce dont les citoyens avaient de besoin, ce dont les sinistrés avaient de besoin. »

Réactions des autres conseillers

Les collègues de Mme Goneau à la table du conseil municipal ne l'accusent pas vraiment de vouloir se faire du « capital politique », même que le conseiller Mike Duggan a soutenu son initiative.

« Si elle marque des points politiques et qu'en bout de ligne, elle aide des sinistrés, ce n'est pas moi qui vais la dénoncer », a-t-il réagi.

Pour sa part, Daniel Champagne a estimé nécessaire de prendre du recul, lorsque comme Mme Goneau on est touché personnellement par les inondations.

« Lorsqu'il y a une implication personnelle à ce point-là, il faut prendre un peu de recul et laisser les experts gérer cette crise-là », a-t-il expliqué.

M. Champagne a profité de l'occasion pour enjoindre les conseillers à travailler de façon concertée.

« Actuellement, nous sommes dans une période de crise. Politiquement, ce serait malhabile de ma part de porter un jugement actuellement », a-t-il souligné. « Moi, ce que je veux, c'est que les gens travaillent de manière concertée. »

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Inondations printemps 2017  

Ottawa-Gatineau

Politique municipale