•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Franco-Ontariens ont-ils un poids politique?

Photo d'un drapeau franco-ontarien devant la tour CN à Toronto
Le drapeau franco-ontarien Photo: Radio-Canada / Annie Poulin
Radio-Canada

Le Parti progressiste-conservateur organise une journée de la francophonie à Queen's Park, lundi, pour courtiser les Franco-Ontariens. C'est la deuxième journée du genre que le parti organise et le chef Patrick Brown souhaite en faire un événement annuel.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

À près d'un an des prochaines élections générales, les conservateurs ont décidé de miser sur ce groupe qui vote traditionnellement pour le Parti libéral. Patrick Brown rencontrera ainsi des membres de la communauté, répondra à leurs questions et présentera ses candidats francophones pour montrer qu'il a une équipe derrière lui.

Le chef progressiste-conservateur Patrick Brown en chambre à Queen's ParkLe chef progressiste-conservateur Patrick Brown en chambre à Queen's Park Photo : La Presse canadienne / Peter Power

Patrick Brown parle régulièrement en français dans ses allocutions publiques. Il a visité plusieurs villes francophones du Nord de l'Ontario et répète constamment qu'il est favorable au projet d'université franco-ontarienne. Son caucus s'intéresse de plus en plus au français, et de plus en plus de députés suivent justement des cours de français. L'opération charme est bel et bien commencée.

Peut-être que lors des dernières élections, il n'y a eu aucune compétition avec les libéraux pour [séduire] la communauté franco-ontarienne. Ça change maintenant.

Patrick Brown, chef du Parti progressiste-conservateur

Une bataille à prévoir?

Tous les partis à Queen's Park assurent être les alliés des Franco-Ontariens. Ainsi, quel est le poids politique des francophones? Seront-ils davantage courtisés par les partis politiques en ce début d'année électorale? Pourront-ils et sauront-ils faire avancer leurs priorités?

Les libéraux, en tout cas, mettent en garde les francophones tentés de voter pour les conservateurs. La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, leur rappelle les années du gouvernement Harris et la saga de l'hôpital Montfort.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France LalondeLa ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde Photo : Radio-Canada

Elle maintient que ce sont les libéraux qui ont à coeur les francophones.

Courtiser des gens pour avoir des votes, c'est très facile. J'espère que l'électorat va voir notre engagement depuis les dernières années au niveau de la francophonie.

Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones

Mais le Nouveau Parti démocratique estime que les Franco-Ontariens pourraient être tentés d'aller voir ce qu'ont à offrir les partis d'opposition. La députée de Nickel Belt, France Gélinas, soutient que les francophones sont mécontents du bilan des libéraux et que plusieurs vont envisager d'autres options l'année prochaine.

La députée néo-démocrate provinciale de Nickel Belt, France GélinasLa députée néo-démocrate provinciale de Nickel-Belt France Gélinas Photo : Radio-Canada / CBC

Elle fait notamment référence aux difficultés pour obtenir des soins en français dans la région de Penetanguishene, au dossier de l'université franco-ontarienne et à la fermeture d'écoles comme le campus de New Liskeard, du Collège Boréal, dans le Nord de l'Ontario.

Ça fait longtemps qu'ils nous tiennent pour acquis. Ils nous font des beaux sourires, ils nous font des belles promesses étude après étude après étude. Mais dans les faits concrets, c'est pitoyable.

France Gélinas, porte-parole en matière d'Affaires francophones, Nouveau Parti démocratique

Députés qui suivent actuellement des cours de français* :

Parti libéral : Granville Anderson, John Fraser, Mitzie Hunter, Kathryn McGarry, Yasir Naqvi, Shafiq Qaadri, Glenn Thibeault et Soo Wong
Parti progressiste-conservateur : Steve Clark, Sam Oosterhoff, Todd Smith, Jeff Yurek et Patrick Brown
Nouveau Parti démocratique : Jagmeet Singh et Peter Tabuns

*Plusieurs autres députés de chacun de ces partis maîtrisent ou parlent très bien le français

Pouvoir réel?

Sur le terrain, les francophones estiment qu'ils ont certainement un poids politique et une voix pour se faire entendre. En règle générale, lorsqu'une rencontre est demandée à un politicien, elle est obtenue, selon l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario et le Regroupement étudiant franco-ontarien.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol JolinLe président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Ce que je perçois depuis quatre ou cinq ans, c'est que tous les partis veulent nous parler [...] et offrent de travailler avec nous. [...] Il y a bien des élections qui ont été gagnées de façon très, très serrée et ils se rendent compte qu'on peut avoir fait la différence à bien des endroits.

Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario
Alain Dupuis, le directeur général sortant du Regroupement étudiant franco-ontarienAlain Dupuis, le directeur général sortant du Regroupement étudiant franco-ontarien Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Le Regroupement étudiant franco-ontarien, la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne et l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario ont fait du lobbying durant deux jours au début du mois de mai et ils se sont assurés de rencontrer des représentants des trois partis politiques pour faire valoir leur point de vue. Une façon d'entretenir le dialogue avec tous les intervenants, advenant un changement de gouvernement.

Parfois, on a eu tendance à diaboliser certains partis, mais on n'a pas du tout pris cette approche pour le dossier de l'université franco-ontarienne. On a dès le départ rencontré les trois partis parce qu'on a des alliés dans les trois partis.

Alain Dupuis, directeur général sortant, Regroupement étudiant franco-ontarien

Mais certains francophones déplorent le fait que les promesses et les rencontres ne donnent pas toujours lieu à des résultats tangibles. C'est notamment le cas des membres de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier, qui réclament depuis plus de 10 ans une école secondaire de langue française dans l'est de Toronto.

Lianne Doucet est membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier.Lianne Doucet est membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Ils s'apprêtent maintenant à déposer une poursuite contre le gouvernement de l'Ontario, découragés et enragés de ne pas avoir encore obtenu de résultats dans ce dossier.

Les élus en ce moment nous ignorent, mais ils sont mieux de venir nous chercher parce que la prochaine élection va être très importante.

Lianne Doucet, membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier

Stratégiques, les francophones?

Les francophones admettent qu'ils doivent s'unir, s'organiser et s'imposer davantage pour obtenir ce qu'ils souhaitent.

Est-ce qu'on prend toujours la place qu'on devrait prendre ou qui nous revient? Probablement pas. Mais j'espère que ça va faire de plus en plus partie de notre culture politique.

Alain Dupuis, directeur général sortant du Regroupement étudiant franco-ontarien

Les Franco-Ontariens ont certainement l'intention d'être stratégiques lors de la prochaine campagne électorale. L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario s'assurera de présenter les programmes francophones de chacun des partis et d'inciter les gens à aller voter. Rendez-vous le 7 juin 2018.

Parmi les grands moments politiques des Franco-Ontariens :

25 septembre 1975 : Michel Dupuis hisse le premier drapeau franco-ontarien, qu'il a créé avec Gaétan Gervais, devant l'Université de Sudbury.

1986 : Adoption de la Loi sur les services en français.

2001 : Survie de l'hôpital Montfort.

2007 : Création du Commissariat aux services en français de l'Ontario.

2009 : L'Ontario adopte une définition plus inclusive de ce qu'est un francophone.

2010 : Création des entités de planification des services de santé en français.

25 septembre 2010 : Premier Jour des Franco-Ontariens et Franco-Ontariennes.

2013 : Le commissaire aux Services en français de l'Ontario devient indépendant et se rapporte à l'Assemblée législative.

2016 : Excuses officielles de la première ministre, Kathleen Wynne, au sujet du Règlement 17.

Francophonie

Politique