•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta, terre d’affaires pour l’éolien

Un champ d'éoliennes près de Pincher Creek, dans le sud de l'Alberta

Un champ d'éoliennes près de Pincher Creek, dans le sud de l'Alberta

Photo : Jaq Murillo

Radio-Canada

Le projet des néo-démocrates d'obtenir 30 % de l'électricité de l'Alberta de sources d'énergies renouvelables d'ici 2030 intéresse des dizaines d'entrepreneurs de l'éolien réunis en congrès à Edmonton.

Un texte de Tiphanie Roquette

« On voit une nécessité de faire cette transition-là depuis quelques années, mais maintenant avec l’arrivée du gouvernement Trudeau et l’élection de Mme Notley, ici, dans la province, il y a une accélération de cette transition. C’est assez fulgurant ces dernières années », explique Jean-François Nolet, le vice-président aux politiques publiques à l’Association canadienne de l’énergie éolienne.

Selon M. Nolet, les quelque 750 éoliennes installées dans la province fournissent 1500 mégawatts d’électricité. L’objectif est d’augmenter cette production à 5000 mégawatts d’ici 2030 (Nouvelle fenêtre), ce qui représente plus de 10 milliards d’investissements et la création de 7200 emplois.

On est à la croisée des chemins en Alberta.

Jean-François Nolet, vice-président de l'Association canadienne de l'énergie éolienne

L’entreprise nord-américaine Senvion, déjà établie dans l’est du Canada, voit ainsi des occasions d’affaires pour les 30 à 40 prochaines années en Alberta. « L’Ouest, pour nous, devient la prochaine évolution de la compagnie. On a un projet en Colombie-Britannique, mais l’Alberta et la Saskatchewan pourraient être de nouvelles occasions », indique le gestionnaire des ventes de l’entreprise, Jean-Christophe Mortreux.

Il note que l’Alberta bénéficie d’une longue expertise dans le secteur pétrolier et du gaz naturel, qui pourrait être transférée dans l’éolien.

Un mariage de sources d'énergie

La frontière entre les différentes sources d’énergie est d’ailleurs de plus en plus poreuse. L’Association des services pétroliers du Canada a ainsi ouvert les portes de son adhésion à toutes les entreprises énergétiques.

« Nos membres utilisent de plus en plus de technologies propres comme le solaire, et nous reconnaissons qu’on a besoin d’un mélange de sources d’énergie », explique le président de l’Association, Mark Salked, qui ajoute que le public et la demande des consommateurs sont à la source de ces changements.

Mark Salked, président de l'Association des services pétroliers du CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mark Salked, président de l'Association des services pétroliers du Canada.

Photo : Radio-Canada

Les entreprises éoliennes peuvent également tirer d’importantes leçons du secteur pétrolier, selon M. Salked. En premier lieu, une meilleure communication avec le public sur les risques et les inconvénients.

Il faut auss qu'un plan pour s’occuper des éoliennes obsolètes soit établi dès le début, estime-t-il, pour éviter l’erreur de l’industrie pétrolière qui se retrouve aujourd’hui avec des milliers de puits orphelins à réhabiliter.

D’après les entrevues recueillies par Emma Hautecoeur et Héloïse Rodriguez-Qizilbash

Alberta

Énergies renouvelables