•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève des ingénieurs du gouvernement du Québec reportée d'une semaine

Les ingénieurs du gouvernement du Québec ont cessé de travailler durant 41 minutes le 18 avril dernier.

Les ingénieurs du gouvernement du Québec ont cessé de travailler durant 41 minutes le 18 avril dernier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En raison des inondations qui frappent la province, les ingénieurs du gouvernement du Québec retardent d'une semaine leur grève, qui devait débuter mercredi.

Un texte de Nicolas Vigneault

La décision a été annoncée à la sortie d'une réunion entre des représentants des ingénieurs du gouvernement et le président du Conseil du Trésor, Pierre Moreau.

L'Association professionnelle des ingénieurs (APIGQ) a confirmé la nouvelle à la sortie d'une rencontre avec le président du Conseil du trésor mardi après-midi. « On n’ira pas faire la grève pendant que les gens ont le plus besoin de nous. On prendra pas la population en otage pour améliorer nos salaires », affirme le président de l'Association Marc-André Martin.

La réaction du président du Conseil du trésor a été instantanée. « Dans le contexte actuel au Québec, ça souligne le professionnalisme des ingénieurs du gouvernement, leur grand sens des responsabilités et la conscience sociale qui est partagée par tout le monde au Québec », souligne Pierre Moreau.

Blitz de négociations

La rencontre avec le grand patron du Conseil du trésor a duré plus d'une heure. Les parties ont convenu de se livrer à des négociations intensives dans l'espoir d'en venir à une entente négociée.

« Ç’a été une rencontre très positive », a d'abord lancé le président de l'APIGQ.

L'avis de grève a été reporté à mercredi prochain, mais le syndicat des ingénieurs soutient que la patience de ses membres a des limites puisque les négociations durent depuis deux ans et demi.

« Si ça n'avait pas été des inondations, nous serions en grève », assure M. Martin.

Le gouvernement souhaite une reprise presque immédiate des discussions pour tenter de débloquer l'impasse. Les premières rencontres seraient de nature informelle, affirme Pierre Moreau, « pour d'abord nettoyer la table, et peut-être établir un cadre de référence autour duquel les négociations formelles pourront s'établir ».

Les barrages sont sécuritaires, dit le ministère de l’Environnement

Le ministère de l'Environnement a tenu à répliquer à la sortie publique de l'APIGQ, qui affirmait hier que les coupures budgétaires et le manque de personnel mettaient en péril l'intégrité des barrages sous la gestion du ministère.

« Il n’y a aucun enjeu de sécurité pour ces barrages. La stabilité structurale des barrages est assurée », soutient par courriel Émilie Simard, attachée de presse du ministre David Heurtel. Le ministère n'entend pas modifier la gestion actuelle de ses infrastructures.

La grève est reportée d'une semaine afin de s'assurer que tous les effectifs requis seront disponibles pour permettre aux ministères de faire face aux crues printanières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !