•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victoire du NPD en C.-B. pourrait priver Evraz d'un contrat majeur

Le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan

Le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan

Photo : Kinder Morgan

Radio-Canada

La plupart des tuyaux qui constitueront le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain, entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, doivent être construits à l'usine Evraz de Regina, en Saskatchewan. Or le Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique (NPD) a indiqué que, s'il était élu lundi, il s'opposerait au projet.

L’expansion du pipeline, qui doit permettre de passer de 300 000 litres de pétrole par jour à 890 000 litres, a déjà reçu l’approbation du gouvernement de la Colombie-Britannique et du gouvernement fédéral.

Dans un communiqué de presse conjoint envoyé la semaine dernière, l'entreprise Kinder Morgan, à l'origine du projet, et Evraz ont indiqué que l’usine de Regina produirait 75 % des tuyaux utilisés pour le dédoublement du pipeline, soit 250 000 tonnes métriques de tuyaux répartis sur 800 km.

Dans un courriel, Evraz a indiqué que cet important contrat lui permettrait de maintenir une grande partie des quelque 1000 emplois à temps plein de son usine à Regina.

« Nous prenons des décisions en fonction du nombre total de projets sur lesquels nous travaillons. Il est difficile d'accorder un nombre exact d'emplois à chaque contrat, mais ce qui est clair, c'est que ce projet signifie que nous allons maintenir un nombre important de personnes travaillant dans nos aciéries », a indiqué le vice-président responsable des relations avec les investisseurs, Christian Messmacher.

Des bâtons dans les roues

Le chef du NPD de la Colombie-Britannique, John Horgan, a dit à plusieurs reprises pendant la campagne électorale que, s’il était porté à la tête de la province le 9 mai, il utiliserait tous les moyens mis à sa disposition pour annuler le projet. Il n’a toutefois pas précisé sur quels plans il compte mener la bataille.

Déjà, plusieurs groupes, dont des Premières Nations et des organisations environnementales, ont déposé des recours judiciaires pour empêcher l’avancement du projet.

Quant à Kinder Morgan, elle a indiqué qu’elle souhaitait commencer la construction du pipeline dès l’automne 2017. D’ici là, il lui reste à finaliser le financement du projet, dont les coûts sont estimés à 7,4 milliards de dollars.

Saskatchewan

Industrie pétrolière