•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'état d'urgence prolongé de cinq jours dans les secteurs inondés de Montréal

Une rue de Pierrefonds inondée, où l'on aperçoit un filet de hockey, des barrières et des voitures

Les inondations ont interrompu la vie quotidienne sur cette rue de Pierrefonds.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conseil municipal de Montréal, à l'unanimité, et le conseil d'agglomération ont approuvé une prolongation de cinq jours de l'état d'urgence en vigueur dans trois arrondissements et deux villes liées, à la suite des inondations majeures des derniers jours.

Le mot patience est de mise même si l'eau se retire, a souligné le maire de Montréal en soirée sur les ondes de Radio-Canada. Le niveau de l'eau a diminué de 2 m entre lundi soir et mardi soir dans la rue Cousineau dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, a-t-il précisé.

« On voit des endroits où ça s'assèche, les digues sont solides. On travaille pour sécuriser tout cela. »

— Une citation de  Denis Coderre, maire de Montréal

« Ça baisse à Montréal de près de 5 cm par jour. Du côté de L'Île-Bizard et de Pierrefonds, il y a des signes encourageants, mais il y a encore un gros travail à faire », tempère M. Coderre.

La Ville contrôle la situation, mais a besoin d'outils nécessaires pour la prévention, a-t-il aussi expliqué pour justifier la prolongation de l'état d'urgence, lors de la séance extraordinaire du conseil qui s'est tenue mardi. M. Coderre a dit comprendre la frustration des sinistrés, tout en les prévenant que le retour à la normale serait long.

« Ce n’est pas parce que ça commence à baisser ou à être stable que ça va s’enlever du jour au lendemain », a-t-il répété en point de presse, à la sortie du conseil.

Sur quelque 400 résidences inondées, plus de 300 ont été évacuées dans les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro, L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève et Ahuntsic-Cartierville ainsi que dans les municipalités liées de Sainte-Anne-de-Bellevue et Senneville.

Un cimetière de Pierrefonds inondéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un cimetière de Pierrefonds inondé

Photo : Radio-Canada

L'état d'urgence en vigueur jusqu'à dimanche permet aux autorités de contrôler l'accès aux voies de circulation, d'ordonner des évacuations de résidents, de demander de l'aide à tout citoyen en mesure d'appuyer les effectifs sur le terrain et de demander des moyens ou lieux d'hébergement supplémentaires si nécessaire.

Réouverture du pont Galipeault

Le pont Galipeault, qui relie L'Île-Perrot à Sainte-Anne-de-Bellevue, dans l'ouest de Montréal, est désormais rouvert à la circulation automobile dans les deux directions, a annoncé le ministère des Transports du Québec par communiqué.

La structure était fermée depuis dimanche soir en raison des inondations, ce qui obligeait les automobilistes à faire un détour par l'autoroute 40. Cette fermeture avait amené l'Agence métropolitaine de transport à offrir l'accès gratuit à deux de ses lignes de train de banlieue, soit Vaudreuil-Hudson et Deux-Montagnes.

Situation sous contrôle

« On a pris le dessus, on a 600 personnes sur le terrain avec les ingénieurs », a affirmé le directeur du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Bruno Lachance. Environ 200 soldats des Forces armées canadiennes sont déployés sur le terrain, en appui à plus de 100 pompiers et 125 policiers du SPVM.

« Plus les jours passent, plus on est fort [...] les digues ont été fortifiées, c'est 24 heures sur 24 », a ajouté celui qui a été nommé coordonnateur de la sécurité civile.

M. Lachance invite les citoyens qui le veulent à s’impliquer dans les centres d’hébergement, et non dans les interventions directes, en raison du danger. « On travaille dans des eaux glacées », a-t-il dit.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, en point de presse en compagnie de responsables, à l'hôtel de villeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Montréal, Denis Coderre, en point de presse en compagnie de responsables, à l'hôtel de ville

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Tant le maire que la chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Valérie Plante, ont encouragé les citoyens à donner généreusement au fonds d'urgence mis en place par la Croix-Rouge.

Le maire Coderre a indiqué qu’il compte organiser une corvée dans les arrondissements touchés, pour ramasser les 250 000 sacs de sable qui auront été utilisés pour freiner la progression de l'eau.

Denis Coderre a invité les citoyens à consulter le site du ministère de la Sécurité publique du Québec s'ils veulent connaître les programmes d'aide disponibles. Il a assuré qu'il parlerait au gouvernement du Québec concernant une aide éventuelle plus spécifique.

Des soldats sont déployés pour venir en aide aux sinistrés des inondations à Pierrefonds.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des soldats sont déployés pour venir en aide aux sinistrés des inondations à Pierrefonds.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Par ailleurs, les patients évacués du pavillon psychiatrique Albert-Prévost de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal devront attendre une ou deux semaines avant d'y revenir, a indiqué le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, mardi. Le pavillon Pierrefonds du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, par contre, ne sera pas prêt avant un ou deux mois.

Un homme arrêté

Dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, un homme a été arrêté en début d’après-midi pour entrave au travail des policiers, après avoir été averti à plusieurs reprises de ne pas construire de digue sur le chemin de fer situé près de sa résidence.

Les policiers avaient insisté sur les risques de déraillement qu’une telle digue pouvait entraîner. Il a été amené au centre de détention.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine et Julie Marceau

Inondations printemps 2017 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !