•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décrue s’est amorcée, mais le combat sera encore long

L'eau commence lentement à se retirer de la rue Cousineau dans Ahuntsic-Cartierville.

L'eau commence lentement à se retirer de la rue Cousineau dans Ahuntsic-Cartierville.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La situation s'améliore lentement un peu partout dans la province, sauf dans les secteurs de Trois-Rivières et Sorel-Tracy, mais cela pourrait prendre jusque fin mai avant que les eaux se soient complètement retirées.

Le premier ministre Philippe Couillard livre mardi soir un message d’espoir aux citoyens, mais aussi de patience. « On voit que l’eau a reculé un peu, mais avant que l’on soit capable de libérer les terrains et d’entrer dans les maisons, cela va prendre probablement, comme on l’a dit ce matin, jusqu’à la fin du mois de mai ».

Cela sera difficile pour les sinistrés de constater les dégâts lorsqu’ils pourront rentrer chez eux, avertit M. Couillard. « Les gens des centres hospitaliers sont là pour assurer le soutien psychologique de la population ».

Par ailleurs, le premier ministre, qui se voit poser beaucoup de questions à propos des indemnisations, assure que les programmes de compensation du gouvernement seront expliqués aux citoyens. Il en a profité pour inviter à nouveau la population à faire un don à la Croix-Rouge.

« Il y a de l'espoir devant nous, parce que ce qu'on disait hier – qu'on allait atteindre les maximums entre lundi et mercredi – ça se confirme », avait annoncé plus tôt dans la journée son ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Le débit de l'eau a ainsi commencé à baisser pendant la nuit au barrage de Carillon.

 

« Ça veut dire qu'on va voir au cours des prochaines semaines une baisse des niveaux dans les secteurs qui sont très affectés – que ce soit Deux-Montagnes, Oka, Pierrefonds, l'île Bizard, des secteurs de Laval », a poursuivi le ministre. « Il faut qu'on soit patient », a cependant ajouté M. Coiteux, en rappelant que l'eau ne peut se résorber « du jour au lendemain ».

« Il faut être réaliste. Il faut penser qu’on s’en va vers un recul des eaux qui va être complété seulement vers la fin du mois. [...] C'est conditionnel aux prévisions météo que nous avons. »

— Une citation de  Martin Coiteux

Hydro-Météo constate que le niveau des cours d’eau est stable depuis lundi en fin de soirée et qu’il a même diminué de 5 cm à certains endroits depuis le début de la journée de mardi. L’organisme prévoit une baisse du niveau d’eau qui pourrait atteindre jusqu’à 5 cm par jours au moins d’ici la fin de semaine, si les prévisions météo se maintiennent.

Le niveau du lac Saint-Pierre augmente

La baisse est amorcée en partant du bassin de l’Outaouais vers Montréal, mais au niveau du lac Saint-Pierre, dans le secteur de Trois-Rivières et Sorel-Tracy, la progression continue, précise le directeur des opérations en sécurité civile au ministère de la Sécurité publique, Éric Houde.

« On a un problème important dans cette zone-là. Il y a l’eau de l’Outaouais qui s’en va par là, en même temps, on a le fleuve Saint-Laurent qui, avec les marées qui sont très hautes, monte trop haut et empêche l’eau du lac Saint-Pierre de sortir », explique-t-il, ajoutant que des inondations commencent aussi dans le secteur du lac Saint-Jean.

Les autorités s’attendent à ce que le niveau du fleuve et du lac augmente de 20 à 30 cm au cours des prochains jours (Nouvelle fenêtre), une situation particulièrement préoccupante pour les résidents de Yamachiche, de Louiseville et de Maskinongé.

 

Pour suivre notre couverture en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Plus de 2700 maisons inondées

Selon Martin Coiteux, le nombre de municipalités touchées, de résidences inondées et d'évacuations « est pas mal proche du maximum » à l'heure actuelle, mais ces chiffres pourraient néanmoins augmenter légèrement au cours des prochains jours.

L’état de la situation au Québec :

  • 166 villes et municipalités sinistrées;
  • 11 municipalités en état d’urgence (Deux-Montagnes, Gracefield, Île-Cadieux, Laval, Mandsfield-et-Pontefract, Montréal, Pincourt, Pontiac, Rigaud, Saint-Eustache et Terrasse-Vaudreuil);
  • 3882 résidences sont inondées par la crue des eaux;
  • 2721 personnes ont évacué leur résidence;
  • 557 routes sont touchées par la crue des eaux au Québec.

Source : Urgence Québec et municipalités

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a pour sa part souligné que les employés du ministère étaient en étroite communication avec les municipalités touchées, notamment pour s'assurer qu'il n'y ait aucun problème avec les stations d'épuration.

« Les usines sont équipées pour traiter les eaux provenant des crues. Il n’y a aucun cas recensé [de] problème par rapport à la production d’eau potable de ces usines, a-t-il dit. S’il y avait un problème, une situation, les municipalités enverraient […] des avis d’ébullition, mais pour le moment, ce n’est pas le cas. »

 

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a pour sa part indiqué que les automobilistes pouvaient maintenant circuler sur l'autoroute 50 (Nouvelle fenêtre) en Outaouais, et l'autoroute 155 (Nouvelle fenêtre) en Mauricie. Un pont de New Richmond (Nouvelle fenêtre), en Gaspésie, a toutefois été fermé, car il menace de s'effondrer, et l'écroulement d'un ponceau a forcé la fermeture de la route 138 entre Baie-Johan-Beetz et Natashquan.

Le directeur des mesures d'urgence de la Sûreté du Québec, Jimmy Potvin, a pour sa part indiqué que les recherches se poursuivaient pour retrouver une fillette de deux ans qui se trouvait dans une voiture qui a été emportée par la crue des eaux à Sainte-Anne-des-Monts. Le corps de Mike Gagnon, un homme de 37 ans qui était à bord de la même voiture, a été retrouvé lundi (Nouvelle fenêtre).

M. Potvin a également fait savoir que la SQ n'a pas eu besoin d'utiliser son pouvoir de coercition pour forcer des citoyens à évacuer leur résidence, et qu'elle n'a pas répertorié d'événements criminels dans les municipalités inondées.

L'armée canadienne a déployé jusqu'à présent 1830 soldats au Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard a visité le centre des opérations gouvernementales du ministère de la Sécurité publique de Montréal mardi matin en compagnie des chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée et François Legault.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre Philippe Couillard a visité le centre des opérations gouvernementales du ministère de la Sécurité publique de Montréal mardi matin en compagnie des chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée et François Legault.

Photo : Radio-Canada

Des dons pour « combler les trous des programmes gouvernementaux »

Dans un point de presse donné peu après midi à Laval, le premier ministre Couillard a invité les Québécois à donner généreusement au fonds spécial que la Croix-Rouge a mis sur pied pour aider les victimes des inondations.

« La Croix-Rouge est là parfois pour combler les trous dans les programmes gouvernementaux, pour s’assurer qu’on peut aider les gens de toutes sortes de façon », a souligné M. Couillard.

Ces dons « permettront de compléter les programmes gouvernementaux », a aussi dit le vice-président de la Croix-Rouge canadienne, section Québec, Patrice Mathieu. L'argent pourrait par exemple permettre de fournir des vêtements, des meubles ou des travaux de rénovation, notamment des besoins essentiels reliés à une résidence principale, a-t-il précisé.

Le fonds spécial de la Croix-Rouge a été annoncé lundi (Nouvelle fenêtre). Le gouvernement Couillard y a injecté 500 000 $ et a fait savoir qu'il assumerait les coûts administratifs de l’opération.

Le gouvernement Trudeau a annoncé mardi après-midi qu'il verserait 1 million de dollars dans ce fonds. Montréal y a injecté 250 000 $, Québec, 100 000 $ et Laval, 50 000 $.

La situation par région

À Montréal (Nouvelle fenêtre), le maire Denis Coderre a obtenu l'appui unanime du conseil municipal pour prolonger de cinq jours l'état d'urgence en vigueur dans les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève et Ahuntsic-Cartierville, et dans les municipalités liées de Sainte-Anne-de-Bellevue et Senneville. Quelque 400 résidences demeurent inondées, dont 240 ont été évacuées.

À Rigaud, la municipalité de la Montérégie la plus touchée par les inondations, le niveau de l'eau de la rivière des Outaouais a baissé de 5 cm depuis le début de la journée, a confirmé mardi matin le maire Hans Gruenwald. D'autres évacuations ont eu lieu dans la journée.

Une image montrant que le niveau d'eau a légèrement baissé à Rigaud; la limite de l'eau a reculé, un trottoir temporaire est plus dégagé.

Le niveau d'eau a légèrement baissé à Rigaud

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

À Laval, la sécurité civile dit poursuivre ses interventions sur le territoire pour assurer la sécurité des riverains des rivières des Prairies et des Mille Îles. Mardi matin, la Ville rapporte que 72 personnes ont été évacuées de leur résidence. Des infiltrations d'eau sont signalées dans 189 résidences. Des rues et des terrains sont aussi inondés.

Dans les Laurentides, la municipalité de Deux-Montagnes, qui a décrété l'état d'urgence lundi après-midi, pourrait également décréter de nouvelles évacuations au cours de la journée. La ville d'Oka continue également de lutter contre la crue des eaux.

 

À Gatineau (Nouvelle fenêtre), la Ville dit avoir constaté à l'aube que les niveaux d'eau ont « diminué légèrement » et croit que l'eau se retirera « graduellement » dans la mesure où aucune précipitation importante n'est prévue cette semaine. La municipalité estime que l'eau a atteint son niveau maximal dans la plupart des endroits le long de la rivière des Outaouais, entre Mattawa et la région de Hawkesbury/Grenville.

De nombreuses rues restent fermées sur le territoire, de sorte que la circulation demeure donc plus complexe que d'habitude. Les citoyens sont invités à limiter leurs déplacements, et à utiliser les transports en commun. Les bureaux des gouvernements du Canada et du Québec et plusieurs écoles de la région sont toujours fermés (Nouvelle fenêtre).

Plusieurs tronçons routiers sont également fermés en Gaspésie et dans l'est du Bas-Saint-Laurent (Nouvelle fenêtre) en raison des accumulations d'eau sur la chaussée. Le débit des rivières a diminué partout en Gaspésie, tout en demeurant élevé. Dans l’est du Bas-Saint-Laurent, le débit de la rivière Matapédia continuait toutefois d'augmenter mardi matin.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !