•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élan de générosité sur les réseaux sociaux envers les sinistrés des inondations

Une dame attache des sacs de sable. En arrière-plan, de nombreux adultes et enfants s'activent.

Des nombreux bénévoles ont participé à l'effort de guerre lundi le 8 mai 2017

Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Si les victimes des inondations sont encore loin d'être au bout de leurs peines, elles peuvent au moins compter sur l'appui de nombreuses personnes prêtes à leur venir en aide.

En plus de ceux qui donnent de leur temps pour remplir et distribuer des sacs de sable et de ceux qui fournissent café et victuailles aux sinistrés, d’autres leur offrent carrément de partager leur logement.

Grâce à divers groupes Facebook créés quelques jours après le début des inondations, les propositions en tout genre affluent.

Des groupes tels que « Aide aux sinistrés des inondations 2017 », « Support les sinistrés du Québec » ou « Aide aux sinistrés des inondations à Gatineau mai 2017 » proposent des chambres, des logements, de l’aide pour le déménagement, des conteneurs, des vêtements ou même des box pour des chevaux.

Offre d'aideAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Annonce sur la page Facebook

Photo : Facebook / Aide aux sinistrés des inondations à Gatineau mai 2017

Ces groupes sont issus d’initiatives personnelles de gens désirant venir en aide aux victimes des inondations.

« J’ai créé ce groupe pour rassembler les gens [qui veulent] aider les sinistrés », explique Martin Bériault, administrateur du groupe « Support les sinistrés du Québec ». Créé dimanche, son groupe compte déjà plusieurs offres de logement.

Annonce du propriétaire d'une auberge de huit chambresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Annonce sur le site

Photo : Facebook

C’est la même raison qui a poussé Sylvie Lortie à créer le groupe « Aide aux sinistrés des inondations 2017 » . « Ce n’est pas facile de relier les demandes d’aide [et les offres], dit-elle. Je ne suis pas un centre de coordination, mais je pense qu’en les affichant sur le site, c’est mieux que rien. »

Certains s’offrent pour s’occuper de chiens et de chats sinistrés, d’autres pour aider à sortir des meubles de maisons bientôt envahies par les eaux.

Avec plus de 5000 membres, « Aide aux sinistrés des inondations à Gatineau mai 2017 » atteint un grand nombre de personnes. Mélissa G-Landry ne pensait jamais que son groupe, créé vendredi dernier, aurait tant de succès.

Elle connaît concrètement ce que vivent les sinistrés pour avoir vécu le déluge du Saguenay, en 1996. « Je me suis dit : je vais aider à ma façon », explique-t-elle.

Après avoir mobilisé son réseau d’amis et de connaissances, elle a commencé à cuisiner et distribue depuis dimanche des sandwiches aux bénévoles.

Elle est la première surprise du succès de son initiative.

Page FacebookAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Page d'aide aux sinistrés

Photo : Facebook / Aide aux sinistrés des inondations 2017

« En créant le groupe, je ne pensais jamais que ça allait être aussi gros que ça. […] C’est vraiment une belle solidarité. »

— Une citation de  Mélissa G-Landry, administratrice du groupe « Aide aux sinistrés des inondations à Gatineau mai 2017 »

Les entreprises aussi aident à leur façon. Une entreprise de conteneurs en prête gratuitement aux sinistrés, tandis qu'une entreprise sanitaire offre des toilettes portables aux bénévoles.

Une page FacebookAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Page d'aide aux sinistrés

Photo : Facebook / Aide aux sinistrés des inondations 2017

La multinationale Airbnb, pour sa part, permet aux locateurs d’offrir gratuitement leur demeure aux sinistrés, et a renoncé à facturer des frais de service pour ces logements d’ici le 19 mai. C’est une initiative que l’entreprise californienne avait déjà lancée lors d’autres grandes catastrophes.

Ces initiatives sont d'autant plus bienvenues que le besoin d’aide n’ira pas en diminuant. « Le plus gros est à venir », croit Sylvie Lortie.

« Les gens sont dans des motels, des chambres d’hôtel, mais ils vont encore devoir rester là pendant une ou deux semaines. C’est là qu’ils vont avoir besoin d’aide. »

— Une citation de  Sylvie Lortie, administratrice du groupe « Aide aux sinistrés des inondations 2017 »
Des voisins se sont entraidés pour arrêter l'eau d'entrer dans leurs maisons.

Des voisins se sont entraidés pour arrêter l'eau d'entrer dans leurs maisons.

Photo : Radio-Canada

Inondations printemps 2017 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !