•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le musicien Jean-Michel Jarre en tournée pour la première fois au Canada

Jean-Michel Jarre

Photo : Tom Sheehan

Radio-Canada

Entrevue - L'artiste de musique électronique s'arrête à Toronto le mardi 9 mai et à Montréal le jeudi 11 mai dans le cadre de sa tournée Electronica. Il présente entre autres des morceaux de son dernier disque, Oxygène 3, sorti en décembre 2016, qui célèbre le 40e anniversaire de l'album Oxygene.

Le journaliste Kevin Sweet a rencontré le musicien lors de son passage dans les studios de Radio-Canada à Toronto.


Kevin Sweet - Pourquoi avoir pris autant de temps pour venir nous voir sur scène au Canada?

Jean-Michel Jarre - Je n'en sais rien. Pour des raisons logistiques, cela ne s’est jamais fait. Ce qui est paradoxal. Le Canada a toujours été une source d’inspiration pour moi.

Portrait de Kevin et Jean-Michel dans les locaux de CBC/Radio-Canada à TorontoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le journaliste Kevin Sweet et le musicien Jean-Michel Jarre

Photo : Radio-Canada / Vedran Lesic

En quoi le Canada a été une source d'inspiration?

Quand j’étais étudiant, j’ai hésité entre la peinture et la musique. Les arts visuels et la technologie visuelle m’ont toujours intéressé.

Au Canada, vous avez énormément de gens qui ont fait avancer les choses sur le plan technique. Je me suis beaucoup nourri des gens de chez vous.

Comme qui?

Comme Robert Lepage.

Voulez-vous travailler avec Robert Lepage?

Il faudrait d’abord voir si Robert Lepage veut travailler avec moi. Mais je serais ravi. À chaque fois qu’il est dans une ville où je passe, je vais voir son spectacle.

Vous avez l’habitude de vous présenter devant des foules de centaines de milliers de personnes. À Toronto et Montréal, les salles sont plus petites. Comment adaptez-vous le spectacle?

Justement, j'ai conçu ce projet comme un projet modulable [pour] faire des théâtres et faire ce que j’ai fait il y a 15 jours : présenter un concert à l’extérieur sur 2 km près de la mer Morte. C’est un challenge, mais cela m’intéresse beaucoup. Je peux me promener avec une caravane à travers le monde avec le même projet et la même équipe.

Est-ce que le public change en fonction du lieu extérieur ou intérieur?

Ce sont les mêmes publics. À la fois, le public qui me suit depuis mon premier album, Oxygène, mais aussi un public qui est venu pour me voir parce que ce nouvel album a reçu une mise en nomination aux Grammys. [Il y a] aussi des gens qui me connaissent à cause de mes collaborations avec des gens comme Massive Attack, R et M83.

Deux photos de l'artisteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Michel Jarre, compositeur

Photo : Tom Sheehan

Ce qui est fascinant avec vous, c’est que vous aimez vous entourer d’autres musiciens sur scène. Aujourd’hui, la plupart des artistes de musique électronique sont seuls sur scène avec un ordinateur portable.

Pour moi, il n’y a pas hiérarchie dans la création. Quelqu’un peut venir avec une flûte à bec tant et aussi longtemps que ce soit bon. C'est la même chose pour l’artiste qui arrive avec une clé USB ou une carte SD. Tout dépend du résultat.

J’ai envie pour cette tournée de partager la musique live. Nous serons trois sur scène avec une cinquantaine d’instruments. Les instruments eux-mêmes racontent l’évolution de la musique électronique.

Certains instruments datent des années 60. Mais il y a aussi des instruments spécialement conçus pour ce spectacle, [par exemple] un écran tactile que je vais utiliser pour la toute première fois à Toronto.

 

Que pensez-vous de la musique électronique aujourd’hui?

Elle est partout. Quand j’ai commencé ma carrière, j'étais persuadé qu’au 21e siècle la musique électronique serait un genre majeur parce que c’est intemporel. Cette musique vient d’Europe. Elle est née en France et en Allemagne. Elle vient de notre héritage de la musique classique. Si j’écoute Oxygène, c’est assez intemporel.

On ne peut pas y coller de dates. Je me souviens en début de carrière, ma mère m’encourageait à jouer plutôt du violon parce que c’était plus facile à transporter. Aujourd’hui je peux faire des spectacles avec quelque chose de plus petit qu’un violon. Cela s’appelle un laptop.

La technologie a permis de démocratiser la musique électronique, sans quoi plusieurs artistes aujourd’hui n’existeraient pas.

Jean-Michel Jarre, musicien

Avez-vous l’impression que les festivals de musique électronique ont beaucoup changé depuis vos débuts?

Non. Ces festivals ont toujours commencé comme un mouvement underground. C’est un mouvement fragile. La drogue et les excès s’agrègent à cette fragilité. Et ensuite, il y a toute la récupération commerciale. Ces festivals sont partis d’un milieu underground et le succès en a fait de grandes machines.

Comme Coachella par exemple? Les gens veulent vivre une expérience plus VIP. Ils veulent des tentes de luxe. Avez-vous l’impression que les gens y vont encore pour entendre de la bonne musique?

C’est le revers de la médaille du succès. Coachella et Glastonbury, ce sont des festivals qui sont devenus énormes. Ce sont devenus des foires, d’énormes machines de guerre presque, dans le sens pacifique du terme.

La musique passe [donc] au second plan et les artistes ont moins envie d’y aller dans la mesure où ils ont l’impression de faire partie de quelque chose d’impersonnel. Les organisateurs de ces festivals auraient intérêt à retrouver les raisons pour lesquelles ils ont fait ces festivals au départ.

Jean-Michel Jarre

  • 80 millions d'albums vendus
  • L'album Oxygène, sorti en 1977 et vendu à 18 millions d'exemplaires
  • Il a battu quatre fois un record Guinness pour le taux d'assistance à un spectacle extérieur, dont le dernier en 1997, lors d'un spectacle à Moscou avec 3,5 millions de spectateurs
  • Il a été marié à deux actrices, Charlotte Rampling et Anne Parillaud, et a eu une relation avec l'actrice Isabelle Adjani

En terminant, vous avez mentionné que vous avez hésité entre la peinture et la musique. Abordez-vous votre musique avec l’oeil d’un peintre? Parce que la musique électronique, ce sont des couches.

Oui. Ce concert que je vais présenter est justement lié à cette rencontre que j’ai toujours voulu entre la musique et le visuel et les images que j’avais en tête.

Pour moi, la musique, c’est construire des architectures et des paysages sonores.

Jean-Michel Jarre, musicien

Souvent, technologiquement, ce n’était pas possible. Mais aujourd’hui, pour la première fois, je me rapproche du rêve que j’avais envie de réaliser : c’est une musique idéale dans laquelle l’image serait complètement intégrée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Musique