•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les opérations d'évacuation se poursuivent à Rigaud

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux hommes transportent certaines de leurs possessions dans une rue inondée de Rigaud.

Deux hommes transportent certaines de leurs possessions dans une rue inondée de Rigaud.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hugues

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'eau continue de monter à Rigaud, la ville de la Montérégie la plus touchée par les importantes inondations qui sévissent au Québec. Depuis dimanche, le niveau de la rivière des Outaouais a augmenté de 4 cm.

Selon le maire de la municipalité, Hans Gruenwald, la rivière a augmenté d’un total de 2,76 m depuis le 26 mars.

C’est beaucoup d’eau à gérer quand l’eau n’a pas de place où aller.

Hans Gruenwald, maire de Rigaud

Cependant, selon les dernières données météorologiques, on s’attend à ce que le niveau de la rivière plafonne d’ici à mercredi, ce qui rend les choses « moins dramatiques », a lancé le maire en conférence de presse lundi matin.

M. Gruenwald est revenu longuement sur son décret de dimanche, qui oblige les résidents menacés par l’eau à évacuer, en expliquant de nouveau sa décision.

Les mieux organisés, les plus forts, les mieux équipés ne pourront pas faire face à dame Nature bien longtemps. […] C’est de la prévention que nous faisons.

Hans Gruenwald, maire de Rigaud

M. Gruenwald soutient qu’avec un niveau d’eau aussi élevé, si un vent fort se lève, cela causera des vagues importantes qui détruiront les résidences. Selon lui, il est préférable d’évacuer pendant qu’il en est encore temps, et durant la journée, ce qui élimine les dangers potentiels.

« On ne pourra rien faire pour ces gens-là si ça arrive pendant la nuit. […] Il y a deux nuits, les pompiers ont travaillé pendant trois heures et demie pour sauver trois personnes. Je mets en danger les pères de famille de mon service incendie », a-t-il déclaré. « Regardez la température. Avec l’eau froide, la résistance est à peine de trois minutes. »

Je n’ai pas pris cette décision à la légère. Ça fait trois semaines que je pense à ça.

Hans Gruenwald, maire de Rigaud

Les évacuations se sont poursuivies lundi. Après le secteur de Pointe-Séguin dimanche, c'était au tour des quartiers du Bas-de-la-Rivière et de la Baie d'être ratissés, ainsi qu’une petite partie de Pointe-Fortune.

Le maire affirme que jusqu’à maintenant, aucun résident n’a offert de résistance à son évacuation, bien que plusieurs soient fâchés d’être obligés de quitter les lieux. Selon lui, ces gens qui se battent depuis des jours pour tenter de maintenir l’eau à distance de leur maison sont fatigués, et finalement contents de s’en aller dans un endroit sûr.

Les gens, qui sont très fatigués, ont les nerfs à vif, et certains sont amers.

J’avais encore le contrôle avec mes pompes, ça marchait bien. Ils m’ont forcé à évacuer, je n’avais vraiment pas le choix. Je vais être honnête avec vous, je ne voulais pas

Stéphane Caron

« Mais à un moment donné, ce sont quand même des policiers, c’est du respect envers eux autres. Ce sont les seuls qui sont venus me voir, les seuls et je tiens à le préciser. Les ambulanciers ne sont jamais venus me voir, l’armée n’est jamais venue me voir, personne ne m’a donné de l’aide, cela fait quatre jours que j’en demande. Il a fallu que je paye du monde de ma poche pour venir m’aider », déplore ce résident de Rigaud.

Malgré tout, la solidarité est au rendez-vous. Dans la caserne de Rigaud, des gens se sont relayés toute la journée pour remplir des sacs de sable. Quant à la banque alimentaire, elle ne sait plus où stocker les dons.

Le maire note qu’il est difficile de donner des chiffres exacts, mais selon ce qui a été compilé par la Municipalité, environ 500 maisons sont inondées et au moins 300 personnes ont été évacuées jusqu'à présent. Il reste encore entre 125 et 160 résidents qui doivent être évacués mardi. La Croix-Rouge a pris en charge 131 familles pour un total de 246 personnes et leur offre l'hébergement à l'hôtel, des bons pour manger au restaurant, des denrées alimentaires, de l'aide psychologique et des vêtements.

Quelque 80 militaires sont sur place pour aider à la bonne marche des opérations. La garde côtière doit arriver en soirée pour patrouiller pendant la nuit dans les secteurs évacués afin d'assurer la sécurité et surveiller la crue des eaux. Elle sera assistée par l'Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage, qui prêtera également main-forte si des citoyens demandent à être évacués en pleine nuit.

M. Gruenwald demande aux évacués qui ne se sont pas encore présentés à la Municipalité de se rendre à la bibliothèque pour le faire dans les plus brefs délais.

Il mentionne que les personnes évacuées n’ont pas le droit de retourner dans leur maison jusqu’à nouvel ordre. Et que la situation sera réévaluée chaque jour.

Ailleurs en Montérégie, les municipalités de Pincourt et de Hudson ont également décrété l'état d'urgence.

Inondations printemps 2017  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !