•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Banque de l’infrastructure : Trudeau choisit Toronto, Québec est déçu

Une vue du centre-ville de Toronto, avec la tour du CN, au centre.
La tour du CN, à Toronto. Photo: iStock / rabbit75_ist
Radio-Canada

Le gouvernement du Québec et le milieu des affaires sont déçus de la décision du gouvernement fédéral d'établir la Banque de l'infrastructure du Canada à Toronto.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa

Dans le communiqué où il annonçait qu’il enclenchait le processus de sélection des cadres supérieurs de la Banque de l’infrastructure, le ministre de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi, a glissé à l’avant-dernière phrase ce que craignait le milieu d’affaires québécois : Ottawa choisit la métropole ontarienne pour établir la Banque d’infrastructure.

« La ville a su établir une réputation d’excellence sur la scène internationale à titre de centre du financement des infrastructures », explique le communiqué du gouvernement.

« Il y avait plusieurs villes, comme Montréal et Calgary, il fallait choisir, soutient le secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure, Marc Miller. Il faut reconnaitre que Toronto est un centre international pour les investissements en général, et pour l’infrastructure, il y a une expertise. »

Déception à Montréal et au Québec

Le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, s’est dit « extrêmement déçu » parce que Montréal avait « les atouts évidents » pour devenir « la capitale de l’infrastructure du Canada ».

Tous les ministres québécois à Ottawa doivent se questionner sur l’exercice de leur leadership dans ce dossier qui était, à l’évidence, stratégique pour le positionnement de Montréal.

Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est aussi dit déçu de la décision du gouvernement Trudeau, soutenant que Montréal était « le site idéal ».

Ses adversaires tant du Parti québécois que de la Coalition avenir Québec lui reprochent d’ailleurs cet « échec ».

« Encore une fois, des investissements structurants pour l’économie québécoise nous échappent », affirme le député du PQ Nicolas Marceau.

« N’oubliez pas qu’il y a 40 députés libéraux fédéraux élus au Québec... Jamais ces gens-là n’ont été interpellés ou mis sur le gril [par le gouvernement du Québec] pour qu’ils fassent des pressions auprès de Justin Trudeau », ajoute André Lamontagne de la CAQ.

Des questions à Ottawa

Au Parlement fédéral, c’est la création de la Banque qui est remise en question. Le Parti conservateur craint qu’elle ne serve qu’à enrichir les groupes financiers.

« Elle n’est faite que pour investir dans de gros projets. On prend 15 milliards qui auraient dû aller dans les municipalités canadiennes pour financer cette banque », soutient Alain Rayes, du Parti conservateur. Selon lui, le fait que la Banque sera établie à Toronto montre que le gouvernement a écouté « ses amis milliardaires à Toronto ».

Le NPD et le Bloc québécois qualifient ce nouvel organisme de « banque de privatisation des infrastructures », puisqu’elle prévoit faire appel au secteur privé pour investir dans les infrastructures canadiennes.

Politique fédérale

Économie