•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les niveaux d’eau continuent de monter, mais devraient se stabiliser

Des terrains inondés

L'eau menace plusieurs résidences à Saint-François-de-Sales

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après la rivière aux Saumons, c'est au tour de la petite rivière Péribonka de sortir de son lit et de causer des inondations mineures. Cinq autres cours d'eau sont sous surveillance dans la région, soit les rivières Ashuapmushuan, Mistassibi, Mistassini, Ouiatchouan et Petit-Saguenay.

Un texte de Catherine Paradis avec la collaboration de Mireille Chayer

« On demeure vigilant et alerte. On continue la surveillance et on travaille avec les gestionnaires de barrages pour que tout se déroule le plus sécuritairement possible. »

— Une citation de  France-Sylvie Loisel, porte-parole régionale, Sécurité civile

La pluie et la fonte des neiges continuent de faire monter le niveau d’eau de plusieurs cours d’eau au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui menace certaines infrastructures comme la route de l’Écluse dans le secteur de Lac-Bouchette et le pont du chemin du Moulin à Saint-François-de-Sales. À La Doré, le Moulin des pionniers préoccupe aussi les autorités.

Résidences menacées

À Saint-François-de-Sales, une dizaine de sous-sols ont été inondés et la situation est sensiblement la même à Saint-Ludger-de-Milot. Dans les derniers jours, de l’eau s’est infiltrée dans une vingtaine de maisons à Sainte-Jeanne-d’Arc.

À Saint-Félicien, le niveau de la rivière aux Saumons continue de grimper. Deux résidences ont été évacuées et les occupants ont été pris en charge par la Croix-Rouge.
Au Zoo sauvage de Saint-Félicien, les employés tentent de contenir l’eau et de limiter les dommages. Des animaux de la petite ferme ont été déplacés dans d’autres secteurs du site.

 

Crue importante

Rio Tinto suit avec attention l’évolution de la crue printanière. Actuellement, le niveau du lac Saint-Jean augmente d’une trentaine de centimètres par jour. Le débit d’eau atteint 8500 mètres cubes par seconde et il devrait dépasser les 9000 mètres cubes mardi, notamment en raison de la fonte des neiges en amont.

« Depuis le début du mois d’avril, on observe des précipitations qui sont plus élevées que ce qu’on va recevoir habituellement à cette période-ci de l’année. En termes de pluie, on est à 185 % de la normale alors on voit que l’eau arrive, la température fait fondre le couvert de neige qui est au nord de notre bassinet tout ça contribue à faire monter le lac Saint-Jean », explique la porte-parole régionale de la multinationale, Xuân-Lan Vu.

Pour l'instant, Rio Tinto ne rapporte aucun cas d'inondation en amont de ses barrages ni le long de ses tributaires. L'entreprise lance cependant un appel à la prudence aux pêcheurs alors que la saison de pêche s'ouvre vendredi. Elle recommande d’éviter les secteurs situés en aval de ses installations jusqu’à nouvel ordre pour éviter les accidents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !