•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de la Sask. et un professeur critiqués pour leurs liens avec Monsanto

Photo : Reuters

Radio-Canada

Un chercheur américain soutient que l'Université de la Saskatchewan et l'un de ses professeurs entretiennent des liens étroits avec l'entreprise Monsanto et agissent comme les « marionnettes » du géant de l'agroalimentaire.

Gary Ruskin est chercheur pour US Right to Know, une organisation américaine pour le droit à l'information. Il a obtenu des centaines de pages qui documentent les relations entre des universités nord-américaines et des entreprises impliquées en génie génétique, comme Monsanto. Le chercheur a partagé avec CBC plus de 700 pages de courriels et autres documents de l’Université de la Saskatchewan.

Le chercheur américain Gary Ruskin

Le chercheur américain Gary Ruskin

Photo : Gracieuseté Gary Ruskin

Selon lui, les documents montrent que le fabricant mondial de pesticides et semences se sert de Peter Phillips, professeur à l'Université de la Saskatchewan, et d’autres professeurs de l’établissement pour influencer l'opinion publique.

Selon les documents, Monsanto a donné des conseils à Peter Phillips pour des stratégies en médias sociaux et relations publiques. L’entreprise a aussi sollicité son aide pour résoudre ses problèmes avec des organismes gouvernementaux américains.

Peter Phillips, qui est professeur émérite à l’École d'études supérieures en politiques publiques Johnson-Shoyama, rejette ces accusations. Il soutient que son travail avec Monsanto n’a rien d’inapproprié et qu’il n’y a jamais eu d’échange monétaire entre lui et l’entreprise. Il ajoute que les universités et organismes subventionnaires demandent aux académiciens de s'associer aux représentants de l'industrie et autres groupes.

Le professeur dit que Monsanto contrôle 90 % du marché dans certains secteurs de l’agriculture, et qu’il serait ridicule pour un académicien de ne pas avoir de relations avec la compagnie. Il indique aussi qu’il a des partenariats avec de nombreux autres groupes ou entreprises, y compris dans le secteur de l’agriculture biologique.

Les documents obtenus par Gary Ruskin montrent aussi Monsanto a édité des articles universitaires de l’Université de la Saskatchewan sans mention publique de son rôle. Les dirigeants de l'entreprise ont aussi supervisé la liste des invités et le contenu d'un symposium de l’université.

« Éthiquement compliqué »

CBC a demandé au consultant de Saskatoon Steven Lewis, expert en relations université-industrie, d'examiner les documents. Il note que Peter Phillips est un universitaire crédible, qui oeuvre dans un domaine éthiquement compliqué.

Il estime que le professeur semble sincère, mais d’un autre côté, semble un peu trop faire la promotion de l’industrie.

Le professeur à l'Université de la Saskatchewan Peter Phillips

Le professeur à l'Université de la Saskatchewan Peter Phillips

Photo : Radio-Canada

« C’est déplorable qu’il participe à co-créer de la propagande avec Mosanto, mais il semble le faire parce qu’il veut, et pas parce qu’il a été acheté par Monsanto. »

« Je pense que la plupart des éthiciens seraient mal à l'aise par rapport à sa relation étroite avec Monsanto. »

Le chercheur Gary Ruskin soutient pour sa part que Peter Phillips et d'autres professeurs devraient déclarer leurs liens avec Monsanto. C’est le droit du public d’être informé sur les « experts » qui parlent et écrivent à propos du système alimentaire, dit-il.

« Collaborations essentielles »

En réponse, Monsanto a fait parvenir la réponse écrite suivante : « Chez Monsanto, nous considérons que les collaborations public-privé sont essentielles à l'avancement de la science, de l'innovation et de l'agriculture [...]. Nous soutenons pleinement nos relations professionnelles et nos collaborations. »

Dans un courriel, l’Université de la Saskatchewan a déclaré avoir examiné le travail du professeur Phillips dans le cadre des politiques d'éthique de recherche de l'université. En conséquence, il a été « acquitté de tout acte répréhensible ».

Avec les informations de Jason Warick, CBC

Saskatchewan

Industrie alimentaire