•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une montagne russe d’émotions pour les sinistrés des inondations

Alain Bélanger, un sinistré, marche vers sa maison inondée à Rigaud.

Alain Bélanger marche vers sa maison inondée à Rigaud.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Choc, inquiétude, angoisse, attente et impuissance. Ce sont les émotions que vivent les Québécois touchés par les plus importantes inondations printanières des 50 dernières années. Un tour des municipalités inondées en images.

« Une montagne russe d’émotions. Ça fait quatre semaines qu’on vit une situation d’inondation, dit Jean-François Blais, un sinistré de Yamachiche, en bordure du lac Saint-Pierre. On s’attend au pire d'ici mercredi. Je suis ici depuis 46 ans et je n’ai jamais vécu une situation comme cela. »

Des résidents de Yamachiche peinent à se déplacer, même en chaloupe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des résidents de Yamachiche peinent à se déplacer alors que les eaux ont envahi les berges.

Photo : Radio-Canada / Anne-Andrée Daneau

Cette spectaculaire vidéo tournée dans l'ouest de l'île de Montréal montre l'étendue des dommages de la crue de la rivière des Prairies, dans le secteur des boulevards Saint-Jean et Pierrefonds.

 

Plusieurs résidents refusent de quitter leur domicile et espèrent pouvoir déjouer Dame Nature. « La seule manière qu’ils vont me sortir [d’ici], c’est par la force. Je ne sortirai pas volontairement », dit un résident de Pontiac, en Outaouais. Depuis, cette municipalité a rendu les évacuations obligatoires.

Un sinistré de Gatineau tente de prévenir les dégâts que pourraient causer les inondations à son appartement avec des sacs de sable.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un sinistré de Gatineau tente de prévenir les dégâts que pourraient causer les inondations à son appartement avec des sacs de sable.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Katherine Domingue, une résidente de La Visitation-de-l’Île-Dupas, près de Berthierville, dans Lanaudière, abonde dans le même sens. « Je n’ai pas l’intention de quitter ma maison. On a quatre pompes qui fonctionnent depuis des jours. Mon conjoint n’a pas dormi de la semaine. »

Pierre Savich, un résident de Yamachiche, se déplace en bateau à moteur dans un secteur inondé par les eaux du lac Saint-Pierre le 6 mai.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Savich, un résident de Yamachiche, se déplace en bateau dans un secteur inondé par les eaux du lac Saint-Pierre.

Photo : Radio-Canada / Jef Fortier

Un sinistré réfugié dans un hôtel à proximité de Rigaud conseille aux autres sinistrés d'écouter les avertissements des autorités. « Sortez [de votre résidence]. On ne sait jamais, tu peux tomber, tu peux te noyer. C'est dangereux », dit-il.

Une dame se rend à la rame jusqu'à une maison à Rigaud.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une dame se rend à la rame jusqu'à une maison à Rigaud.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Un peu partout, les gens ont montré leur solidarité à l'égard des sinistrés. Des résidents de Saint-Placide, dans les Laurentides, ont mis l'épaule à la roue lors d'une opération sacs de sable. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont également offert d'héberger des sinistrés.

Environ 200 résidences sont inondées à Saint-Placide, dans les Laurentides. Cinq rues sont fermées et une opération sacs de sable s'est déroulée le 6 mai 2017.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ 200 résidences sont inondées à Saint-Placide, dans les Laurentides. Cinq rues sont fermées et une opération sacs de sable s'est déroulée le 6 mai 2017.

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Certains sinistrés, qui sont à la merci des intempéries, commencent à manquer de patience et d'énergie. « On est tannés. On est écoeurés, pardonnez-moi l'expression. On est vraiment fatigués. On ne dort pas de la nuit », dit un homme de Saint-André-d'Argenteuil.

Un résident de Rigaud observe les effets de l'inondation dans sa balançoire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un résident de Rigaud observe les effets de l'inondation à Rigaud dans sa balançoire.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Malgré la gravité de la situation, il faut savoir s'arrêter et prendre une pause. Ce que font ces résidents de Rigaud, qui ont pris une bière sur leur terrasse inondée.

Des résidents de Rigaud boivent une bière sur leur terrasse inondée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des résidents de Rigaud boivent une bière sur leur terrasse inondée.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Ces sinistrés pourront compter sur l'aide des Forces armées canadiennes, qui ont été appelées en renfort. Les premiers convois sont arrivés en fin d'après-midi samedi.

Une dizaine de véhicules de Valcartier sont arrivés en fin d’après-midi samedi au Manège Charles-Michel de Salaberry, à Laval.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une dizaine de véhicules de Valcartier sont arrivés en fin d’après-midi samedi au Manège Charles-Michel de Salaberry, à Laval.

Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !