•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'État de New York veut réduire le niveau du lac Ontario, ce qui pourrait faire monter celui du Saint-Laurent

Le barrage Moses-Saunders à Cornwall sur le fleuve
Le barrage Moses-Saunders à Cornwall sur le fleuve Photo: La Presse canadienne

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent a reçu une demande du gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui souhaite abaisser le niveau de l'eau dans le lac Ontario – une requête qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les milliers de riverains du Québec et de l'Est ontarien aux prises avec des inondations.

L’eau du lac Ontario se déverse dans le fleuve Saint‑Laurent en traversant le complexe hydroélectrique aménagé entre Cornwall, en Ontario, et Massena, dans l’État de New York.

Or, l’État de New York a demandé au Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent de libérer une certaine quantité d’eau du barrage Moses-Saunders, à Cornwall, pour faire baisser le niveau du lac Ontario, qui atteint une hauteur inquiétante des deux côtés de la frontière.

La décision du Conseil pourrait faire en sorte que ce débit d’eau hausse le niveau du lac Saint-Louis et par ricochet, celui du fleuve Saint-Laurent.

C'est une question d'équilibre, explique Jean Aubry-Morin, porte-parole du Conseil. « Nous faisons tout notre possible pour soulager tout le monde, ce qui peut être assez difficile », admet-il.

Le barrage de Moses-Saunders Power, à Cornwall, est situé à la frontière entre le Canada et les États-Unis.Le barrage de Moses-Saunders Power, à Cornwall, est situé à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Photo : Commission mixte internationale

M. Aubry-Morin fait par ailleurs remarquer que le débit du lac Ontario n'est que la moitié du problème, l'autre moitié étant le débit de la rivière Outaouais, qui vient alimenter le fleuve et sur laquelle le Conseil n'a aucun contrôle.

Le gouverneur Cuomo a formulé sa demande jeudi. Il s’est dit sympathique aux problèmes d’inondations en Ontario et au Québec.

Dans une telle situation, la préparation est la clé. Sinon, les problèmes surviennent et alors il faut nettoyer. La meilleure façon de faire, c’est de prévenir et de se préparer.

Andrew Cuomo, gouverneur de l'État de New York

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent doit suivre un protocole strict pour s’assurer que les niveaux d’eau sont équilibrés des deux côtés de la frontière dans les différents plans d’eau concernés.

D’ordinaire, les niveaux sont ajustés une fois par semaine, explique Jean Aubry-Morin, mais depuis peu les ajustements se font trois à quatre fois par jour.

Ce qu’il y a d’anormal cette année, ajoute le porte-parole, c’est la quantité de précipitations qu’ont reçues les provinces au cours des six dernières semaines.

« C’est un événement qui se produit une fois tous les 20 ans », dit-il.

Le Conseil international du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent en bref

La tâche principale du Conseil est d’assurer que les débits du lac Ontario répondent aux exigences de l’ordre de la Commission mixte internationale (CMI). Son mandat implique de « fournir un débit fiable pour la production hydroélectrique, des profondeurs adéquates à la navigation, la protection des rives et aux autres secteurs d'activité en aval, au Québec », peut-on lire sur le site web de l'organisme.

Avec les informations de CBC

Environnement