•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mieux comprendre les capotages

Simulation de capotage au Centre de biomécanique appliquée de l'Université de la Virginie

Simulation de capotage au Centre de biomécanique appliquée de l'Université de la Virginie

Photo : Université de la Virginie, communications

Radio-Canada

Aux États-Unis, les accidents de voiture avec tonneaux ne comptent que pour 2 % des accidents. Or, ils causent le tiers des morts sur les routes, de même que des milliers de blessures graves. Une équipe d'ingénieurs a trouvé le moyen de mieux comprendre ces accidents complexes, peu étudiés jusqu'ici, pour protéger plus efficacement les automobilistes.

Un texte de Jean François Bouthillette, des Années lumière

« C’est un immense kebab! », résume l’ingénieur David Poulard, chercheur au Centre de biomécanique appliquée (CBA) de l’Université de la Virginie. L’image étonne, mais la comparaison est juste : au centre du vaste laboratoire d’essai, l’installation évoque bien la broche qui fait tourner une pièce de viande juteuse.

Mais ce qui tourne, ici, c’est une voiture. Et dans un axe plus horizontal.

Source : Université de la Virginie, communications

Comme bien des bonnes idées, celle-ci est simple – à défaut d’avoir été facile à mettre en oeuvre. Il s’agit d’accrocher un véhicule à une grande tige qu’on peut faire tourner sur elle-même et faire chuter, à des vitesses déterminées. On fait se fracasser la voiture sur le « sol », une plaque mobile qui percute le véhicule à une certaine vitesse.

Le nom du dispositif n’est pas le kebab, mais le DRoTS – Dynamic Rollover Test System, ou système dynamique de test de capotage. « Il permet de tester des accidents avec tonneaux scientifiquement, explique David Poulard, soit de manière contrôlée et reproductible. »

Le professeur de génie mécanique et aérospatial Jason Kerrigan et son équipe de l’Université de la Virginie. Leur invention, le DRoTS, permet de mesurer l’effet des tonneaux sur une voiture et ses occupants. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le professeur de génie mécanique et aérospatial Jason Kerrigan et son équipe de l’Université de la Virginie. Leur invention, le DRoTS, permet de mesurer l’effet des tonneaux sur une voiture et ses occupants.

Photo : Université de la Virginie, communications

Un tueur sous-étudié

Les capotages tuent beaucoup de monde, aux États-Unis comme au Canada. Ils sont aussi responsables d’un grand nombre de blessures graves au cou et de handicaps permanents.

Malgré son importance, ce type d’accident a été très peu étudié, souligne le professeur Jason Kerrigan, directeur du projet au CBA. « C’est si complexe, explique-t-il, il y a tellement de variables en jeu! »

Les capotages sont des phénomènes très difficiles à reproduire. Il faut contrôler tellement de paramètres que, si on fait ça sur la route, c’est impossible de faire le même test plusieurs fois. On a donc choisi une autre approche : contrôler la rotation et la chute.

David Poulard, chercheur au Centre de biomécanique appliquée de l’Université de la Virginie
Le chercheur David Poulard, du Centre de biomécanique appliquée de l’Université de la VirginieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chercheur David Poulard, du Centre de biomécanique appliquée de l’Université de la Virginie

Photo : Radio-Canada / Jean François Bouthillette

Vers des voitures plus sécuritaires

Les normes imposées aux constructeurs automobiles sont fondées sur la recherche. Or, dans le cas des capotages, les données fiables faisaient cruellement défaut.

« Nous vivons dans une société très judiciarisée, explique encore le professeur Kerrigan. Les accidents de la route donnent lieu à de nombreuses poursuites tous les ans aux États-Unis. La documentation disponible sur les accidents avec tonneaux venait donc principalement d’experts engagés par les parties aux procès. »

Le gouvernement américain, qui souhaitait renforcer les normes de résistance des toits des véhicules, s’est tourné vers le groupe du professeur Kerrigan pour une approche plus scientifique. C’est ainsi qu’est né le DRoTS.

Les données obtenues grâce à ces travaux devraient permettre de rendre les véhicules plus sécuritaires, au cours des années à venir, et de sauver des milliers de vies.

Le reportage de Jean François Bouthillette est diffusé dimanche, à 12 h 10, à l'émission Les années lumière, à ICI Radio-Canada Première.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science