•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les avantages d'une population vieillissante

Un couple d'aînés en discussion
Un couple d'aînés en discussion Photo: iStock

Le Bas-Saint-Laurent fait partie des régions où les habitants sont les plus âgés au Québec, mais aussi dans tout le pays. En 2016, une personne sur 5 dans la région était âgée de 65 ans ou plus. Puisque le vieillissement de la population n'est pas près de ralentir, comment peut-on en tirer profit?

Un texte de Julie Tremblay

Selon les derniers chiffres publiés par Statistiques Canada, les aînés représentent maintenant près du quart de la population du Bas-Saint-Laurent.

L'âge moyen, dans la région, se situe maintenant à près de 50 ans, soit 9 ans de plus que la moyenne canadienne, qui a elle-même presque doublé en un siècle.

[Au Bas-Saint-Laurent], la moitié de la population est âgée de 50 ans et plus, donc même parmi la population en âge de travailler, les 15-64 ans, c'est un groupe d'âge qui est aussi très âgé, où beaucoup de gens prendront leur retraite au cours des prochaines années.

Julien Bérard-Chagnon, démographe à Statistiques Canada
 

Dans notre société, les aînés sont souvent perçus comme un fardeau. Il faut en prendre soin, leur fournir des services, mais surtout, un système de santé adéquat.

Pour le député de Rimouski, Harold Lebel, il ne faut cependant pas voir le vieillissement de la population comme une mauvaise nouvelle, il faut plutôt penser à comment on peut s'y ajuster.

Ce serait dangereux de dire qu'on a un problème de vieillissement de la population. Ce n'est pas un problème qu'on puisse vieillir vieux. [...] On doit avoir une grande réflexion sur les aînés en prenant ça comme quelque chose qui peut nous enrichir comme communauté.

Harold Lebel, député de Rimouski

Des vieux pour attirer des jeunes

Si déménager dans une région où les aînés sont nombreux peut être considéré comme un inconvénient pour certains jeunes, vivre dans une communauté âgée comporte aussi ses avantages, souligne Martin Poirier, qui est agent de migration pour l'organisme Place aux jeunes.

Si on regarde le profil des retraités d'aujourd'hui, ces gens-là sont actifs, utilisateurs de services, donc, ça prend des préposés aux bénéficiaires, des gens dans l'offre de loisir, dans l'offre culturelle, donc ça devient un moteur dans l'opportunité d'emploi.

Martin Poirier, agent de migration, Place aux jeunes de Rimouski-Neigette
Martin PoirierMartin Poirier, agent de migration chez Place aux jeunes de la MRC de Rimouski Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Martin Poirier souligne aussi que dans les communautés plus âgées, l'accès à la propriété est souvent plus facile, puisque bon nombre d'aînés souhaitent se départir de leur maison.

De plus, s'installer dans une région où il manque de relève pour les entreprises peut aussi être une occasion de se lancer en affaires et de créer une entreprise à son image : « on est peut-être loin des grands centres, mais on est plus près des rêves », souligne-t-il.

Malgré cela, la partie est loin d'être gagnée pour attirer des travailleurs dans la région. Alors que la population diminue et vieillit, toutes les régions du Québec sont actuellement rivales pour être attrayantes et inciter les jeunes à déménager chez elles, mais surtout, à y rester.

Bas-Saint-Laurent

Société