•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traversiers : Ottawa propose d’importants changements dans les Maritimes

Un traversier amarré au quai

Le traversier Confederation, exploité par l'entreprise Northumberland Ferries, dessert l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC/Julia Cook

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral ouvre la porte à d'importants changements dans trois services de traversier dans les Maritimes. Ottawa propose un nouveau modèle d'affaires, selon lequel des entreprises privées seraient propriétaires des navires.

Un texte de François Pierre DufaultTwitterCourriel 

À l’heure actuelle, le fédéral est le propriétaire des traversiers qu’il loue à des entreprises qui offrent le service.

En vertu du nouveau modèle d’affaires proposé, les exploitants seraient propriétaires des traversiers ou loueraient les navires à d'autres entreprises. Ils devraient aussi s’engager à long terme, voire pendant 20 ans, pour offrir le service.

Les changements proposés visent trois services de traversier :

  • Entre Wood Islands, à l'Île-du-Prince-Édouard, et Caribou en Nouvelle-Écosse
  • Entre Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard,et les Îles-de-la-Madeleine, au Québec
  • Entre Digby, en Nouvelle-Écosse, et Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick

De plus, les exploitants seraient tenus d'affréter des navires âgés de 10 ans ou moins.

Le service de traversier entre l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse pourrait donc recevoir deux nouveaux navires puisque ceux qui assurent la liaison à l'heure actuelle, le NM Holiday Island et le NM Confederation, sont en service depuis 46 ans et 25 ans respectivement.

En service depuis 36 ans, le NM Madeleine, qui assure la liaison entre Souris, à l'Île-du-Prince-Édouard, et les Îles-de-la-Madeleine, au Québec, serait lui aussi remplacé.

Les exploitants auraient jusqu'à trois ans pour mettre en service des navires plus récents.

« Plan à long terme »

Le ministre fédéral de l'Agriculture et député de l'Île-du-Prince-Édouard, Lawrence MacAulay, affirme qu'Ottawa est à la recherche d'une solution à long terme pour des traversiers interprovinciaux fiables dans les Maritimes.

L'élu de Cardigan depuis 1988 dit que le service de traversier entre Wood Islands et Caribou a été un enjeu « durant toute [sa] carrière politique ».

« Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons [un plan] pour les 20 prochaines années. C'est un plan à long terme. Ça amène de la stabilité pour le tourisme, l'industrie du camionnage ou n'importe quelle industrie qui veut s'installer à l'Île-du-Prince-Édouard », a déclaré Lawrence MacAulay en marge d’une conférence de presse à Belfast, vendredi matin.

 

Le gouvernement fédéral mènera des consultations auprès de l'industrie d'ici la fin juillet et prévoit lancer des appels d'offres à l'automne. Les contrats avec les exploitants actuels seraient maintenus jusqu'à la mise en place d'un nouveau modèle d'affaires.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, croit que la proposition d'Ottawa assurera la stabilité du service à long terme. « Ça donne à nos communautés [dans l'est de l'île] la possibilité de prospérer et de croître d'une façon qu'on n'a jamais imaginée », dit-il.

En 2016, le traversier NM Holiday Island a dû subir des réparations majeures en cale sèche pour la plus grande partie de la saison de navigation. Le NM Confederation a assuré seul la liaison entre l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, ce qui a occasionné des changements d'horaires et de nombreux retards.

Plusieurs entrepreneurs insulaires disent qu'ils ont été durement touchés par les problèmes du traversier.

Proposition douce-amère

Pour la députée d'opposition insulaire Darlene Compton, qui milite depuis un an pour un nouveau traversier sur le détroit de Northumberland, la proposition d'Ottawa est douce-amère.

L'élue de Belfast-Murray River se réjouit de voir le fédéral s'engager à long terme à maintenir des services de traversier dans les Maritimes. Mais elle s'inquiète du sort des exploitants actuels, comme Northumberland Ferries, qui, dit-elle, ont des racines profondes dans la région.

« Nous avons besoin d'un bon service de traversier. Mais je suis peu inquiète à propos des détails [du nouveau modèle d'affaires], comme le sort qui sera réservé à Northumberland Ferries et à ses employés », a fait valoir Darlene Compton après l'annonce à Belfast, vendredi.

Le traversier NM Holiday Island au quai de Caribou en Nouvelle-Écosse.

Le traversier NM Holiday Island au quai de Caribou en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

De son côté, l'entreprise Northumberland Ferries, qui exploite le traversier entre Wood Islands et Caribou, de même que le traversier entre Saint-Jean et Digby sous la bannière Bay Ferries, s'est réjouie dans un communiqué de l'annonce d'un « engagement solide et à long terme » pour les services de traversier.

Le gouvernement fédéral a annoncé, dans son plus récent budget, une somme de 278 millions de dollars sur cinq ans pour subventionner l'exploitation des traversiers dans les Maritimes. Même avec un nouveau modèle d'affaires, les exploitants des différents services continueraient à recevoir du financement d'Ottawa.

Avec les informations de Mitch Cormier et Kevin Yarr, CBC

Île-du-Prince-Édouard

Transports