•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : l'armée canadienne en renfort ce week-end au Québec

Des résidents de l’île Mercier tentent de traverser le pont inondé de l’île, vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

À la demande de Québec, les forces armées viendront en fin de semaine prêter main-forte aux résidents des 124 municipalités frappées par des inondations. L'Ontario et le Nouveau-Brunswick sont également victimes d'importantes crues printanières qui pourraient empirer au cours du week-end, selon les prévisions d'Environnement Canada.

« La situation va s'aggraver au cours des prochains jours et perdurer dans le temps, et je pense que des ressources additionnelles sont tout à fait appropriées », a déclaré le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux, en conférence de presse en fin d'après-midi, vendredi.

C'est pourquoi j'ai pris contact avec le ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale, pour demander en renfort l'appui des Forces armées canadiennes.

Martin Coiteux

Le ministre Goodale a accepté sur-le-champ la demande de Québec, ayant dit plus tôt, vendredi, qu'il était prêt à cette éventualité. Le ministre Goodale a confirmé avoir, en coordination avec le ministre de la Défense nationale, Harjit S. Sajjan, accepté cette demande officielle d’aide fédérale pour aider les citoyens dans le besoin.

On ignore pour le moment le nombre de soldats qui seront déployés. Le ministre Coiteux a toutefois indiqué que deux militaires se trouvaient déjà dans un centre d'opérations à Montréal. Leur présence, selon lui, facilitera l'intégration des autres militaires au sein des cinq centres de coordination dont dispose la Sécurité civile du Québec.

L'apport de l'armée s'avère nécessaire considérant qu'il pourrait tomber jusqu'à 60 mm de pluie d'ici dimanche soir sur l'ouest du Québec et l'est de l'Ontario.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a souligné que les Forces étaient à l'œuvre pour assurer la sécurité des citoyens dans ces périodes difficiles. S'exprimant sur Facebook depuis la Gaspésie, M. Couillard a donné l'assurance qu’il sera sur le terrain au cours des prochains jours pour surveiller la situation. Le lieu où il prévoit se rendre n'a pas encore été précisé.

La situation en chiffres :

  • 121 villes et municipalités sont sinistrées;
  • 1506 résidences sont inondées par la crue des eaux sur l'ensemble du Québec;
  • 857 personnes ont évacué leur résidence;
  • 340 routes sont touchées par la crue des eaux au Québec.

Source : Urgence Québec, en date du 5 mai 2017 à 21 h

Le ministre Coiteux réclame la coopération des sinistrés qui hésitent à laisser leur maison. « Il en va de votre sécurité de quitter votre domicile », a-t-il souligné. Selon Martin Coiteux, il n'est pas exclu que des évacuations supplémentaires soient nécessaires à court terme.

« On n'est pas là pour forcer les gens » affirme le ministre, qui dit comprendre le désarroi des gens qui sont réticents à laisser leur maison. « Mais c'est pour leur bien, le bien de leur famille et de leurs voisins », a-t-il poursuivi.

Ça ne va pas s'améliorer au cours des prochains jours. Et ça va durer encore un certain temps, [...] quelques semaines, malheureusement.

Martin Coiteux

Patrice Roy s’entretient avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, sur les inondations historiques au Québec

 
 

Du jamais-vu en plus d'un demi-siècle

Le ministre de l'Environnement du Québec, David Heurtel, a expliqué qu'en 55 ans de cueillette de données, son ministère n'avait jamais vu un débit d'eau aussi élevé, soit de 9000 mètres cubes par seconde.

« Faut pas avoir peur des mots, les prochains jours vont être les plus difficiles en terme de débit », a ajouté M. Heurtel. Une situation qui s'explique par les précipitations en cours, jumelées à une fonte des neiges abondante, a expliqué en substance M. Heurtel.

Tour d'horizon des inondations

Les cours d'eau débordent dans de nombreuses régions

Les régions les plus durement affligées sont la Montérégie et la Mauricie. Toutefois, la surveillance demeure intense dans les régions de Montréal, de l'Outaouais, des Laurentides et de Lanaudière.

La situation s'est détériorée dans les derniers jours avec des débordements, entre autres, du fleuve Saint-Laurent, du lac Saint-Louis, des rivières des Outaouais, des Mille-Îles, des Prairies et Saint-Maurice, pour ne nommer que celles-là.

Plusieurs cours d'eau de moindre importance ont aussi causé des problèmes multiples dans toutes ces régions.

Le directeur des opérations de sécurité civile pour l'ensemble du Québec, Éric Houde, affirme que la province en est à sa quatrième période de crues depuis le début de l'année. Et la crue actuelle « est partie de l'Outaouais et s'en va présentement vers la Gaspésie et la Baie-des-Chaleurs ».

Inondations au Québec 

Les intempéries causent des également retards et des annulations de vols à l’aéroport Montréal-Trudeau et à l’aéroport Pearson de Toronto. Les destinations particulièrement touchées sont le Québec, l’Ontario, les Maritimes et le nord-est des États-Unis. Les annulations ont surtout touché Toronto (Nouvelle fenêtre), où on a dénombré 147 vols annulés, soit 16 % du trafic habituel.

Les changements climatiques en cause?

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, affirme qu'il est difficile d'attribuer la cause des inondations actuelles aux changements climatiques.

Cela dit, la ministre reconnaît que les changements climatiques ont un impact significatif sur la vie des Canadiens. Elle cite à titre d'exemple non seulement les crues exceptionnelles, mais aussi les feux de forêt, et assure qu'Ottawa investit pour que le pays puisse s'adapter à cette situation.

Mais pour le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, Ottawa n'en fait pas assez. 

De passage en Mauricie, vendredi, M. Mulcair a pressé le gouvernement Trudeau d'intervenir, déplorant aussi que le gouvernement libéral n'ait rien fait pour rétablir les transferts aux provinces en prévision des urgences. Ces transferts avaient été réduits de 9 % par le précédent gouvernement conservateur.

Les pompes sont très sollicitées en raison des crues printanières.

Les pompes sont très sollicitées en raison des crues printanières.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Des jeunes transportent des sacs de sable.

L'équipe de baseball de l'École polyvalente Nicolas-Gatineau en pleine action.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Des amies venues prêter main-forte à Jean-François Blais, un résident de Yamachiche.

Des amies venues prêter main-forte à Jean-François Blais, un résident de Yamachiche.

Photo : Jean-François Blais

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement