•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de Chambly mobilisés pour sauver un ancien terrain de golf

André Labarre, Jean-Marc Levesque et André Bujold, tous trois résidents de Chambly aux abords de l’ancien terrain de golf.

André Labarre, Jean-Marc Levesque et André Bujold, trois résidents de Chambly aux abords de l’ancien terrain de golf.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Chambly, en Montérégie, des résidents s'activent depuis des mois pour préserver ce qu'il reste d'un ancien terrain de golf en friche, qu'un promoteur immobilier veut acquérir. Lors de la dernière réunion du conseil municipal de la Ville, le Mouvement citoyen pour la sauvegarde du dernier espace vert de Chambly, a déposé une pétition de plus de 1000 signatures.

Un texte de Marie-France Bélanger

André Labarre et André Bujold contemplent l'immense terrain qu'ils décrivent comme le dernier espace vert de Chambly en milieu urbain. André Labarre y pratique la raquette et le ski de fond en hiver. Il apprécie aussi la faune et la flore qui s’y sont installées, au fil des ans. « C’est plus qu’un terrain vague, dit-il. Il y a des renards roux, des canards, un réseau de ruisseaux, des insectes, des papillons ».

Pour André Bujold, il s’agit en réalité d’un véritable écosystème. « Ça pourrait devenir un excellent laboratoire pour inviter des étudiants, pour faire une classe verte ».

Les deux retraités et de nombreux autres résidents redoutent l'implantation d'un imposant projet domiciliaire sur ce qui reste de cet ancien terrain de golf laissé à l’abandon. Le promoteur, Habitations Trigone, à qui il nous été impossible de parler, a déposé une offre pour acheter le terrain privé. La presse locale rapporte que lors d'une rencontre d'information, en décembre dernier, visant à présenter le projet domiciliaire, il était alors question d'y construire quelque 570 habitations et de céder 30 % du terrain à la Ville pour y aménager un parc.

Pour les résidents impliqués dans le mouvement, l’arrivée massive de nouveaux résidents dans le secteur augmenterait la circulation automobile, qu’ils jugent déjà problématique.

Ils interpellent donc la Ville afin qu’elle préserve au moins la moitié de cet espace, dont pourraient bénéficier l’ensemble des résidents.

Selon le porte-parole du Mouvement citoyen pour la sauvegarde du dernier espace vert de Chambly, André Labarre, il s’agit de la dernière chance de doter la ville d’un espace vert important qui contribuerait à rehausser le caractère distinctif de Chambly et à réduire son empreinte écologique.

Le mouvement de la ceinture verte, qui relève de la Fondation David Suzuki, endosse les revendications des citoyens. L'organisme estime qu'il n'y a pas assez d'arbres à Chambly. Selon son porte-parole, Sylvain Perron, le couvert forestier n'y est que de 11 %, alors qu'il devrait être environ trois fois plus important en vertu du Plan métropolitain d’aménagement et de développement du Grand Montréal.

Comparativement à d'autres villes comme Laval, Boucherville ou Châteauguay, par exemple, la Ville de Chambly ne semble pas avoir d'intérêt à l'endroit des milieux naturels, croit-il.

L'ancien terrain de golfAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien terrain de golf

Photo : Radio-Canada

De son côté, le maire Denis Lavoie rappelle que la Ville n'est pas propriétaire du terrain de golf et soutient qu'il en coûterait 30 millions de dollars pour en faire l'acquisition, puisqu'il faudrait alors concurrencer l'offre du promoteur. Il faudrait ensuite investir un autre 10 millions de dollars pour l'aménager.

« Vous demanderiez à Denis Lavoie ce qu'il veut. Denis Lavoie aimerait mieux un parc. Mais le maire de Chambly ne peut pas mettre sa Ville au bord de la faillite » dit-il. À son avis, une telle dépense se traduirait par une hausse des taxes foncières. « Si la volonté populaire est de prendre une dette de 40 millions, on va prendre une dette de 40 millions. Mais ce n’est pas parce qu'il y a 10 personnes très virulentes qu'elles représentent 30 000 personnes ».

Les règles d'urbanisme et d'aménagement

Depuis 2012, ce qu'il reste de l'ancien terrain de golf est considéré comme bénéficiant d'un zonage résidentiel de haute densité, en vertu du schéma d'aménagement de la MRC de la Vallée du Richelieu. Le schéma d'aménagement établit les lignes directrices de l'organisation physique du territoire d'une municipalité régionale de comté (MRC) et oriente ensuite les plans d'urbanisme et les règlements de zonages.

Présentement, dans la municipalité, l'ancien golf est zoné terrain vague. Ce zonage devra être modifié pour correspondre à ce qui est prévu en vertu du schéma d'aménagement de la MRC.

Chambly doit adopter son plan d'urbanisme le 6 juin prochain.

Société