•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès de l’Association francophone pour le savoir : c’est parti!

Université McGill

Université McGill

Photo : Université McGill

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 6000 congressistes venus d'une quarantaine de pays se réunissent cette semaine à l'Université McGill pour le 85e congrès de l'Acfas. L'Objectif : partager en français leurs plus récents résultats de recherche et débattre d'enjeux de société.

Un texte d'Alain Labelle

Le président de l’association, Frédéric Bouchard, se dit très fier de l’édition 2017 de cet événement annuel, qui est considéré comme le plus important rassemblement multidisciplinaire du savoir et de la recherche de la Francophonie.

On veut favoriser le dialogue science et société. On veut que les citoyens aient accès à la connaissance et voient comment ça peut transformer favorablement leur vie.

Une citation de : Frédéric Bouchard, président de l'Acfas

Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, souligne que le congrès prend de la vigueur d’année en année et qu'il est devenu une vitrine importante pour la recherche.

En plus maintenant, il y a une participation internationale qui est assez exceptionnelle : de France, de Belgique, d’Afrique du Nord et d’autres provinces du Canada.

Une citation de : Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec

En direct sur la page Facebook Science de Radio-Canada

Yanick Villedieu, animateur de l’émission Les Années lumière, et son invité Philippe Gachon de la Chaire de recherche stratégique sur les risques hydrométéorologiques liés aux changements climatiques de l’UQAM répondront à vos questions sur les catastrophes naturelles et les inondations à 12 h 30 le lundi 8 mai sur la page Facebook Science (Nouvelle fenêtre) de Radio-Canada.

Le congrès présente cette année :

  • Plus de 2800 présentations
  • Plus de 120 panels de discussion organisés dans 213 colloques
  • De nombreuses activités gratuites ouvertes au public

Un contexte social particulier

La rencontre de cette année se tient dans un contexte international particulier.

On a vu à travers le monde la montée de certains populismes qui remettent en cause l’importance des connaissances [scientifiques] dans la prise de décision.

Une citation de : Frédéric Bouchard, président de l'Acfas

« Le contexte politique actuel rappelle à tout le monde l’importance de la mission de l’Acfas », estime M. Bouchard, qui ajoute que « beaucoup de citoyens se réveillent inquiets de l’absence de connaissance dans la prise de décision ».

Vers de nouveaux sommets

Le thème du congrès cette année « Vers de nouveaux sommets » veut en quelque sorte « inviter les chercheurs à repousser les limites du savoir tout en reconnaissant les avancées scientifiques du passé », explique M. Bouchard.

Nos chercheurs sont plus cités que jamais. Le succès de nos universités est vraiment remarquable et dépasse notre poids démographique dans la communauté de la recherche internationale.

Une citation de : Frédéric Bouchard, président de l'Acfas
Le 85e congrès de l'AcfasAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le 85e congrès de l'Acfas

Photo : Acfas

Selon Rémi Quirion, les publications scientifiques québécoises représentent environ 1 % du volume mondial. « C’est au moins dix fois plus que le poids démographique, qui est d’un dixième de 1 % » explique-t-il.

De nombreuses activités gratuites

Plus d’une centaine d’activités gratuites sont proposées cette année. Par exemple, le musée Redpath sortira de ses réserves des objets exclusifs et quatre expositions inédites seront proposées du lundi 8 mai au jeudi 11 mai 2017 entre 12 h et 14 h.

Vue d'ensemble du hall d'exposition du musée RedpathAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Vue d'ensemble du hall d'exposition du musée Redpath

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Autres événements à ne pas manquer :

  • Concours La preuve par l'image. Prendre la science par l'autre bout, par l'image et non par les mots. C’est l’idée originale lancée en 2010 par l’Acfas à travers ce concours. Les 20 images de l’édition 2017 sont exposées tout au long du 85e Congrès de l’Acfas sur les lieux mêmes de l’Espace Radio-Canada de 7 h 30 à 19 h.
  • Finale nationale de Ma thèse en 180 secondes. Chaque année depuis maintenant six ans, des étudiants chercheurs relèvent le défi de présenter leurs travaux de recherche au grand public, de manière originale, et en seulement 3 minutes. Les gagnants du 1er et du 2e prix s’envoleront ensuite vers Liège, en Belgique, pour participer à la finale internationale, le 28 septembre prochain. L'événement se déroule le 4 mai, de 19 h à 21 h au Jardin botanique.
  • Enregistrement de l’émission Les années lumière à l'Espace Radio-Canada (Redpath Hall) jeudi de 12 h à 14 h . Le public est invité à assister à l’enregistrement de l’émission animée par Yanick Villedieu entièrement consacrée aux questions et recherches abordées dans le cadre du congrès. L'émission sera diffusée le dimanche 14 mai 2017 de 12 h à 14 h sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première.

McGill, francophone et francophile

Les universités québécoises organisent tour à tour l’événement phare de l’Acfas, et l’université anglophone McGill le fait pour la troisième fois.

Les chercheurs de McGill ont toujours participé à des réseaux de collaboration québécois et canadiens avec des communautés francophones.

Une citation de : Frédéric Bouchard, président de l'Acfas

« Il y a des chercheurs francophones partout à McGill. Et au-delà des francophones, il y a des chercheurs francophiles partout à McGill. », précise M. Bouchard, qui ajoute que « de plus en plus de chercheurs, pas seulement dans les publications scientifiques [...] partagent leurs connaissances dans la langue de leurs communautés. »

Les langages de la science

Dans plusieurs disciplines de sciences humaines ou sociales, la langue nationale est souvent privilégiée pour publier les travaux.

Si vous travaillez en histoire du Québec, par exemple, c’est certain que publier en français c’est plus pertinent.

Une citation de : Frédéric Bouchard, président de l'Acfas

En outre, il existe des domaines qui favorisent une publication dans différentes langues. « Si vous avez des sujets de santé publique et qui touchent certaines régions d’Afrique francophone, il existe des réseaux de publications internationales francophones », soutient M. Bouchard.

« C’est certain qu’en sciences naturelles ou dans certains sujets de recherche biomédicale, la langue universelle est devenue l’anglais. Il y a des publications scientifiques qui, oui, se font peut-être plus en anglais dans certaines disciplines, mais l’activité des chercheurs ne s’y résume pas », conclut le président de l'Acfas.

Le saviez-vous?

L'Association francophone pour le savoir (Acfas) est un organisme sans but lucratif créé en 1923 par la fédération de 11 sociétés savantes. Ces sociétés représentaient plusieurs domaines de recherche : biologie, médecine, physique, génie, chimie, histoire naturelle, mathématique, astronomie, histoire, économie, politique et philosophie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !