•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Algonquins de Lac Barrière manifestent à Montréal contre une compagnie minière

Les Algonquins de Lac Barrière veulent faire respecter leurs droits

Les Algonquins de Lac Barrière veulent faire respecter leurs droits

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Yvon

Radio-Canada

À la veille de la comparution de la minière Copper One devant la Cour supérieure du Québec pour faire progresser ses revendications minières, quelques membres de la Nation algonquine de Lac Barrière ont manifesté jeudi matin à Montréal devant les bureaux de l'entreprise.

Au son d’une fanfare, quelques manifestants ont rappelé qu’il n’y aurait pas d’extraction minière sans leur consentement. Selon eux, Copper One tente de développer une concession minière sur leur territoire, une activité qui serait non conforme à une entente tripartite pour la gestion des terres ancestrales, survenue entre Lac Barrière, Québec et Ottawa en 1991, un traité révisé en 1998.

Le projet minier de Copper One est une tentative d’enterrer vivant notre identité culturelle sous les débris des restes miniers.

Michel Thusky, porte-parole de la communauté algonquine de Lac Barrière
Les Algonquins de Lac Barrière manifestent à Montréal pour faire respecter leurs droits.

Les Algonquins de Lac Barrière manifestent à Montréal pour faire respecter leurs droits.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Yvon

En 2011, le gouvernement du Québec avait suspendu des concessions détenues par Copper One sur les terres algonquines. Cette décision a été annulée à la fin de l'été 2016, sans le consentement de la communauté. Pourtant les Algonquins de Lac Barrière, de la réserve faunique La Vérendrye, négocient depuis 2015 pour une cogestion des ressources sur ce territoire.

La communauté algonquine accepte certaines formes de développement responsable et durable sur son territoire mais pas d'exploitation minière.

La communauté algonquine accepte certaines formes de développement responsable et durable sur son territoire mais pas d'exploitation minière.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Yvon

Cette entente était basée sur des principes de développement durable et responsable, selon le conseiller de bande des Algonquins de Lac Barrière Norman Matchewan, à la tête de cette manifestation. « L’extraction minière n’est pas durable, pas sur notre territoire, pas quand notre eau est en danger », ajoute-t-il.

Nous sommes prêts à bloquer les routes s’il le faut pour défendre nos droits.

Norman Matchewan

En janvier dernier, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles voulait suspendre les titres miniers de Copper One, une décision confirmée quelques semaines plus tard.

Selon la Nation algonquine, « plus de 90 % du territoire ancestral de la Nation demeure toutefois ouvert à l’exploitation minière, une situation inacceptable. »

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones