•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune agriculteur du Kamouraska parle de son expérience avec Pangea

Terre agricole dans le Kamouraska.

Terre agricole dans le Kamouraska.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un jeune agriculteur du Kamouraska affirme qu'il a dû s'incliner devant la force économique du fonds d'investissement Pangea lorsqu'il tentait d'acquérir une terre agricole voisine de la sienne.

Jean-Luc Laplante dit que la transaction s'est conclue à la faveur de Pangea quelques jours après que la Caisse de dépôt et placement du Québec et que le Fonds de solidarité de la FTQ aient annoncé qu'ils investiraient 20 millions de dollars dans ce fonds d'investissement.

L’agriculteur a pris part mercredi à la manifestation de jeunes de la relève agricole au siège social de la Caisse de dépôt à Montréal.

En entrevue à l'émission Le monde aujourd'hui, Jean-Luc Laplante a affirmé que les façons de faire de Pangea ne favorisaient pas les jeunes agriculteurs.

C’est quand même inacceptable pour la relève de compétitionner avec des investisseurs qui n’ont pas vraiment les mêmes objectifs que nous.

Jean-Luc Laplante, agriculteur

Selon M. Laplante, Pangea aurait offert jusqu'à 25 % de plus que le prix demandé par son voisin pour la vente de sa terre agricole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Économie