•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Windows 10 S et ordinateur Surface : bon coup ou surfarce?

Le système d'exploitation Windows 10 S est visuellement identique à la version régulière de Windows 10.

Le système d'exploitation Windows 10 S est visuellement identique à la version régulière de Windows 10.

Photo : Microsoft

Maxime Johnson
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Microsoft a dévoilé cette semaine Windows 10 S, en réponse à Chrome OS de Google, un système d'exploitation minimaliste qui connaît un bon succès dans les écoles, surtout aux États-Unis. Voici cinq réflexions sur cette version simplifiée de Windows 10 et sur le nouvel ordinateur portatif Surface.

La prémisse de Windows 10 S pour les écoles me plaît
Windows 10 S est une version simplifiée de Windows 10, qui ressemble à s’y méprendre à son grand frère.

La plus grande différence entre les deux systèmes concerne les applications tierces qu’il est possible d’y installer. Alors que n’importe quel logiciel téléchargé sur le web peut être installé sur Windows 10, seulement les applications offertes par la boutique Magasin Windows peuvent l’être sur Windows 10 S. Le choix de logiciels est donc plus limité, mais ceux-ci sont potentiellement plus sécuritaires, estime avec justesse Microsoft.

Parmi les autres avantages de Windows 10 S, notons l’outil permettant d’installer des applications et de restreindre les paramètres de l’ordinateur (comme forcer la désactivation de la caméra web) ainsi que de copier ces paramètres facilement sur toute une flotte d’appareils. En utilisant uniquement des applications issues du Magasin Windows, Windows 10 S devrait aussi être plus performant que le système d’exploitation Windows 10 équivalent.

Avec leur déploiement simplifié pour les écoles et leur prix d’achat plus abordable que celui des ordinateurs munis de Windows 10 (grâce aux caractéristiques minimales nécessaires à l’installation et au prix de la licence Windows 10 S), les ordinateurs Windows 10 S neutralisent deux des plus grands avantages de Chrome OS.

Le système n’est pas parfait et on est déçu de la décision de Microsoft d’empêcher l’utilisateur de changer le navigateur et l’outil de recherche par défaut, mais le système pourrait potentiellement devenir une solution de rechange intéressante aux ordinateurs Chromebook et aux PC conventionnels utilisant Windows.

Le Magasin Windows limite encore les écoles

La boutique d'applications du système d'exploitation Windows 10.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La boutique d'applications du système d'exploitation Windows 10.

Photo : Microsoft

Même si le Magasin Windows offre de plus en plus d’applications pour Windows 10 S, force est de reconnaître que celui-ci n’offre toujours qu’une fraction des logiciels offerts pour la version régulière de Windows 10, notamment en ce qui a trait aux applications éducatives.

Le logiciel Antidote et l’outil de développement de jeux vidéo Construct 2, pour ne nommer que ceux-là, sont par exemple incompatibles avec les ordinateurs utilisant Windows 10 S, ce qui pourrait forcer des classes à opter non pas pour les meilleurs outils disponibles pour leurs élèves, mais pour les meilleurs offerts par le Magasin Windows.

La situation est évidemment pire du côté de Chrome OS, mais il s’agit néanmoins d’une lacune importante, à laquelle les écoles devraient réfléchir à deux fois avant d’acheter des ordinateurs utilisant Windows 10 S.

Un électrochoc pour les développeurs d’applications éducatives

Le logiciel éducatif pour créer des jeux vidéo Construct 2.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le logiciel éducatif pour créer des jeux vidéo Construct 2.

Photo : Scirra

Le problème du Magasin Windows pour les écoles pourrait évidemment être de courte durée, surtout si le nouveau système d’exploitation de Microsoft venait qu’à gagner en popularité. Les développeurs d’applications éducatives n’auront alors pas d’autres choix que d’adapter leurs logiciels pour la Universal Windows Platform (UWP), qui permet de publier des applications sur la boutique de Microsoft.

Malheureusement pour les développeurs, Microsoft conserve environ 30 % du prix de vente des applications du Magasin Windows, ce qui pourrait avoir un effet important sur leurs finances. Ceux-ci pourront aussi continuer de vendre en parallèle leurs applications régulières sur leur site web et conserver tous leurs profits, mais leurs coûts de développement augmenteront en conséquence.

Voilà une impasse soumise à une double contrainte à la Catch 22, sur laquelle les développeurs devront se pencher dès aujourd’hui.

On imagine que de forcer l’adoption du Magasin Windows par les développeurs est d’ailleurs l’un des objectifs de Microsoft avec Windows 10 S, considérant que la Universal Windows Platform est une partie intégrante de la stratégie à long terme de l’entreprise, qui souhaite étendre Windows aux téléphones, aux tablettes, aux consoles de jeux vidéo et aux lunettes de réalité virtuelle et augmentée.

Windows 10 S pour le grand public me désole

La première tablette Surface de Microsoft avec Windows RT.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première tablette Surface de Microsoft avec Windows RT.

Photo : Microsoft

Windows 10 S a été conçu avant tout pour les écoles, mais des ordinateurs équipés du système seront tout de même vendus au grand public. Sur son site web, Microsoft affirme d’ailleurs qu’il s’agit « d’un très bon choix pour tout client Windows à la recherche d’une performance fiable et constante ainsi que d’un niveau de sécurité avancé ».

Si Windows 10 S tient la route dans les écoles, le nouveau système d’exploitation rappelle malheureusement le défunt Windows RT lorsqu’on l’analyse du point de vue de monsieur et madame Tout-le-Monde.

Windows RT, lancé parallèlement à Windows 8, était aussi un système simplifié, qui n’offrait que l’interface moderne de Windows (et non le bureau, qui était exclusif à Windows 8) et dont les logiciels pouvant y être installés étaient aussi limités aux applications du Magasin Windows.

À cause des limites importantes du système d’exploitation, d’ordinateurs qui n’étaient pas suffisamment puissants et d’une stratégie de communication déficiente, de nombreux consommateurs se sont sentis lésés par Windows RT. Le système d’exploitation s’est avéré un fiasco sur toute la ligne.

Windows 10 S est plus robuste que Windows RT, son interface est visuellement identique à celle de Windows 10, les ordinateurs abordables sont plus puissants aujourd’hui qu’en 2012 et le Magasin Windows est mieux garni qu’à l’époque, mais d’offrir des ordinateurs utilisant le système d’exploitation Windows 10 S au grand public m’apparaît tout de même risqué.

Il sera au moins possible de faire une mise à jour pour passer de Windows 10 S à Windows 10 Pro pour environ 50 $ (ce qui n’était pas possible avec Windows RT), mais les plaintes des consommateurs déçus sont encore une fois à prévoir.

Espérons que Microsoft a tiré des leçons de Windows RT et que sa stratégie de communication sera au moins plus à la hauteur cette fois-ci.

Surface : un ordinateur qui a bonne mine

L'ordinateur portatif Surface de Microsoft. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ordinateur portatif Surface de Microsoft.

Photo : Microsoft


Même si la plupart des ordinateurs utilisant Windows 10 S qui seront vendus dans les écoles seront des appareils abordables, soit d’une valeur d’environ 400 $, Microsoft a profité du dévoilement de son système d’exploitation pour lancer Surface, un ordinateur portatif traditionnel, qui ne peut pas être transformé en tablette comme le Surface Book, qui sera vendu de 1000 $ US à 2200 $ US aux États-Unis (environ de 1370 $ à 3015 $ au Canada).

L’appareil a bonne mine, puisqu’il est proposé en couleurs variées sans être criardes, avec un clavier en tissu inspiré du clavier de la tablette Surface Pro et de bonnes caractéristiques, comme un processeur Intel Core i5 ou Core i7 et un écran tactile haut de gamme de 13,5 pouces.

Ce ne sont évidemment pas toutes les écoles qui pourront fournir un appareil du genre à leurs élèves, et on aurait aimé qu’il soit muni d’un port USB-C moderne. Les premières réactions sur le web confirment toutefois que la division matérielle de Microsoft, qui connait un bon succès commercial ou d’estime avec les Surface Pro, Surface Book et Surface Studio, jouit d’une bonne cote d’amour par les temps qui courent, et que l’ordinateur Surface pourrait certainement trouver sa place ailleurs que dans les écoles.

L’intérêt de l’ordinateur Surface est en fait tel qu’on est en droit de se demander si Windows 10 S était réellement le bon choix de système d’exploitation pour Microsoft. Oui, les consommateurs pourront mettre l’appareil à jour gratuitement pour passer à Windows 10 Pro pour la première année, mais l’information est cachée sur le site web de Microsoft, et la manœuvre ne fait de toute façon que repousser à 2018 les plaintes des consommateurs déçus par les limites du système.

L’ordinateur Surface, qui sera lancé plus tard cette année au Canada, a le potentiel d’intéresser beaucoup plus que les écoles les plus riches. L’offrir principalement avec le système d’exploitation Windows 10, tout en permettant aux écoles de l’acheter à prix réduit avec Windows 10 S, aurait probablement été une stratégie plus simple pour tout le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !