•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprendre à bouger pour bouger plus

Des enfants jouent au ballon.

Plus les enfants pratiquent des sports différents, plus ils développent des habiletés différentes et complémentaires.

Photo : iStock

Radio-Canada

Cindy Lévesque est conseillère en littératie physique. Elle lutte pour sensibiliser la population à ce concept selon lequel il est préférable de laisser les enfants pratiquer plusieurs sports avant de les spécialiser.

La littératie physique est un concept plutôt récent. « Le terme est plus populaire depuis seulement cinq ans, explique Cindy Lévesque. Peu de gens en ont entendu parler et quand ils l’apprennent ils pensent que c’est seulement l’activité physique. Ce n’est pas juste ça ».

Le concept met effectivement de l’avant l’importance de l’activité physique, mais va plus loin.

Il s’agit en fait d’une interrelation entre le développement des habiletés motrices, la confiance en soi et la motivation à adopter et maintenir un mode de vie actif.

« C’est comme un cercle : un enfant qui est capable de lancer une balle va avoir plus confiance en ses moyens pour jouer au baseball, explique la conseillère de Littératie physique N.-B (Nouvelle fenêtre). En performant au baseball, il sera plus motivé à apprendre d’autres habiletés et d’autres activités sportives ».

Lutter contre l’obésité

Cindy Lévesque conseille donc d’apprendre à mieux bouger pour bouger plus. L’idée qui peut sembler simple. Pourtant, 13% des Canadiens de trois à dix-neuf ans sont obèses, selon Statistique Canada.

Un fléau qui pourrait être en partie réglé avec une meilleure sensibilisation à la littératie physique. « Quand on parle de taux d’obésité, on parle beaucoup d’enfants qui sont sédentaires, qui ne participent pas dans les activités. Une des raisons est peut-être qu’ils n’ont pas de littératie physique. Beaucoup d’enfants n’ont pas les habiletés dont ils ont besoin pour participer à un sport comme courir, sauter, lancer, etc. ».

Cindy Lévesque en entrevue à l'aréna à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cindy Lévesque est conseillère à Littératie Physique N.-B. Elle conseille aux parents de ne pas spécialiser les enfants dans un seul sport à un jeune âge.

Photo : Radio-Canada

Le multisport, la clé de la littératie physique

Une bonne littératie physique dépend de plusieurs aspects. Il faut notamment faire vivre des expériences sportives positives aux enfants. Il faut également qu’elles soient adaptées à leur âge.

Mais surtout, il faut éviter de spécialiser un enfant dans un seul sport. Il doit plutôt toucher à différentes activités. Il pourra alors développer plus d’habiletés et choisir lui-même s’il veut un jour se perfectionner dans un sport.

D’ailleurs, plus un enfant développe de compétences, plus il deviendra un athlète complet et performant aux niveaux compétitifs.

Un enfant qui a plusieurs habiletés dans ses poches, c’est comme un enfant qui a plusieurs blocs de Lego. Il a plus de chance de faire quelque chose de plus gros avec ce qu'il a. Un enfant qui a juste cinq Legos, comme cinq habiletés, est limité dans ce qu’il peut en faire.

Cindy Lévesque, conseillère de Littératie Physique N.-B.

Toute la communauté

Pour qu’un enfant développe une bonne littératie physique, il doit être entouré d’adultes conscientisés. « Ça commence vraiment avec l’éducation du public. On parle de littératie physique en tant que la responsabilité des enseignants d’éducation physique. Mais en réalité, ça prend toute la communauté. Ça prend des parents qui savent quoi faire avec des enfants d’un tout jeune âge, ça prend un entraîneur qui sait comment enseigner différentes habiletés comme il faut ».

Enfin, Cindy Lévesque rappelle que les adultes doivent donner l’exemple et qu’il n’est jamais trop tard pour améliorer sa littératie physique.

Deux hommes adultes font une position de yoga lors d'une conférence. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Durant ses conférences, Cindy Lévesque fait bouger l'auditoire afin de lui expliquer comment l'apprentissage d'habiletés sportives peut aider d'un sport à l'autre.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Sports