•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une alpiniste prisonnière à 3000 mètres d’altitude après des séismes au Yukon

Le reportage de Simon Coutu.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une alpiniste argentine est bloquée seule à mi-chemin du plus haut sommet du Canada à la suite des séismes au Yukon cette semaine.

Les secousses de lundi, qui ont provoqué une série d’avalanches sur le mont Logan, ont rendu le sol instable autour de Natalia Martinez. La femme de 37 ans effectue un périple en solo sur cette montagne qui s’élève à 5959 mètres. Les secours attendent que la situation météorologique s’améliore pour lui prêter main-forte.

« Présentement, elle fait du mieux qu’elle peut pour rester en sécurité, garder son campement et sa tente en sécurité », explique son conjoint, Camilo Rada, étudiant dans le Grand Vancouver. Il reste en contact avec l'alpiniste grâce à un téléphone satellite.

« Elle a senti que tout le terrain sous son campement s’affaissait et que tout bougeait beaucoup et, bien sûr, elle a eu très peur. »

— Une citation de  Camilo Rada, conjoint de Natalia Martinez
Natalia Martinez Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Natalia Martinez, 37 ans, est une alpiniste aguerrie.

Photo : Arran Whiteford/Icefield Discovery Tours

Son campement est installé à 3000 mètres d’altitude. « Les choses ne sont pas encore stables et une réplique est possible. Alors c’est dangereux pour elle de bouger, soit vers le haut, soit vers le bas. Ce qui est prévu, c'est qu’elle soit secourue par hélicoptère », enchaîne-t-il.

« Je suis sûr qu’elle fera tout pour rester en sécurité et qu’elle saura quoi faire. »

— Une citation de  Camilo Rada, conjoint de Natalia Martinez

Selon lui, la météo retarde aussi l’opération de sauvetage qui ne risque pas de se faire avant vendredi.

Camilo Rada soutient également que sa partenaire est une alpiniste aguerrie et qu’elle gère bien la situation pour le moment. L’Argentine est une instructrice de ski et une guide de montagne professionnelle, précise-t-il. « Elle a beaucoup d’expérience d’alpinisme en Patagonie, qui est reconnue pour son mauvais temps. Alors, elle sait comment faire un campement et rester en sécurité durant une tempête », ajoute-t-il.

« C’est vraiment une femme forte, alors elle ne lâchera pas et elle ne bougera pas et restera forte », explique M. Rada.

D'après un texte de Paul Tukker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !