•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'allaitement contribue à prévenir l'asthme, révèle une étude

Le beau visage d'un bébé.

Une nouvelle étude révèle que plus longtemps les bébés ont été allaités, plus ils sont protégés contre l’asthme.

Photo : Shutterstock / szefei

Radio-Canada

Une nouvelle recherche de l'Université du Manitoba démontre que l'allaitement diminue de plus de 60 % le risque de respiration sifflante. L'équipe espère que les résultats de cette étude inciteront la société à soutenir l'allaitement naturel.

L'étude, qui a été publiée mardi dans la revue scientifique European Respiratory Journal, a suivi plus de 2700 mères et leurs bébés de la naissance à l'âge de 1 an.

Une équipe de chercheurs dirigée par Meghan Azad, professeure adjointe à l’Université du Manitoba et chercheuse scientifique à l'Institut de recherche de l'Hôpital pour enfants du Manitoba, a démontré que plus les bébés sont allaités longtemps et exclusivement, plus leur risque de respiration sifflante diminue. La respiration sifflante se caractérise par un son aigu qui indique une difficulté à respirer liée à l'asthme.

L'effet a été particulièrement important chez les bébés qui ont un risque élevé parce que leur mère souffrait d'asthme, note l'étude. Pour les bébés à risque élevé qui ont été allaités exclusivement pendant six mois, le taux de respiration sifflante a diminué de 62 % par rapport aux bébés qui n'ont pas été allaités.

Pour les bébés dont les mères n'avaient pas d'asthme, la baisse est de 26 %, indique Meghan Azad.

Les bébés qui n'ont été que partiellement allaités ont aussi obtenu des avantages, mentionne la chercheuse, même si leur alimentation comprenait du lait maternel et de la préparation pour nourrissons.

Deux bébés font des grimaces. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure principale de l’étude, Meghan Azad, indique que l'allaitement stimule la santé des nourrissons.

Photo : Getty Images

La recherche pourrait également aider les mères qui ne peuvent pas allaiter

L’équipe de chercheurs s’affaire maintenant à étudier les raisons de ces plus récents résultats. Meghan Azad précise que deux possibilités sont actuellement explorées. Une première possibilité, explique-t-elle, est que l'allaitement est une forme d'exercice physique et favoriserait le développement des poumons chez les bébés. L’autre possibilité est qu'il y a possiblement quelque chose dans le lait maternel qui protège les bébés contre les sifflements.

Le lait maternel contient un certain nombre de nutriments comme des graisses, des protéines, des glucides, des vitamines et des minéraux qui se trouvent aussi dans les préparations pour nourrissons, mentionne Meghan Azad. Elle ajoute, cependant, que le lait maternel fournit également des suppléments importants comme des enzymes, des anticorps et des bactéries probiotiques qui stimulent le système immunitaire.

« Cette recherche pourrait être bénéfique à tous les bébés, car plus nous connaissons le lait maternel, mieux nous pourrons développer les préparations pour nourrissons, déclare la chercheuse scientifique. Une solution de rechange nécessaire pour les mères qui ne peuvent pas allaiter. »

Selon les informations d’Aidan Geary, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Enfance