•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aînés et les personnes aveugles retrouvent un peu de liberté à vélo

Une femme aveugle dans un triporteur

La Winnipégoise aveugle Denise Allard se délecte du soleil sur son visage et du vent dans ses cheveux grâce à un tour à velo gratuit du programme À vélo sans âge.

Photo : Radio-Canada / Rémi Authier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un nouveau programme à Winnipeg offre aux personnes du troisième âge ainsi qu'aux personnes malvoyantes et aveugles des tours de vélo gratuits.

L’initiative « À vélo sans âge » utilise des triporteurs, soit un mélange entre un tricycle et un rickshaw, pour permettre aux personnes à mobilité réduite de rester actifs dans la communauté, de leur redonner le droit de vivre la ville et la nature, ainsi que de créer un pont entre les générations à l’aide des bénévoles-conducteurs qui conduisent les véhicules.

Le centre de soins Riverview Health Centre Foundation et l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA) à Winnipeg ont acheté chacun l’un des véhicules de 10 000 $ qui peuvent passer en mode électrique en cas de besoin.

« Je me sentais libre et complètement heureuse d’être dehors », raconte la Franco-Manitobaine Denise Allard après un tour à vélo lors du lancement du programme au centre Riverview, mardi. La femme de 54 ans a perdu la vue il y a environ 30 ans.

Sentir le vent dans les cheveux, le soleil sur le visage, se remplir les narines d’air frais et reprendre contact avec la vie extérieure… C’est incroyablement sain. Je me sens euphorique.

Une citation de : Denise Allard, 54 ans, aveugle

« À vélo sans âge » a vu le jour au Danemark en 2012 pour aider les résidents des foyers de soins à sortir dans leurs quartiers.

« Bien des familles qui rendent visite à un être cher nous disent qu’elles aimeraient pouvoir faire autre chose que de prendre un café ou de faire un petit tour en fauteuil roulant dans les jardins du centre », avoue le directeur général de la Riverview Health Centre Foundation, Sheldon Mindell.

Le fondateur d'« À vélo sans âge », Ole Kassow, avec deux passagères bénévoles à WinnipegAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À la différence d'un taxi-vélo, le chauffeur d'un triporteur se trouve derrière ses passagers, améliorant la vue de ces derniers et permettant le chauffeur à entretenir une conversation de façon plus sécuritaire.

Photo : Radio-Canada / Holly Caruk

Un membre du conseil d’administration de Riverview, Michael Erlanger, qui avait vu le concept lors d’un voyage à Copenhague, a proposé d’instaurer le programme « À vélo sans âge » dans la capitale manitobaine.

« Même s'il est court, un simple tour de vélo d'une dizaine de minutes peut changer la vie [de ces personnes] », affirme Michael Erlanger.

Le directeur général Sheldon Mindell note qu’il faut encore régler certains détails du système de location des deux vélos avant de les offrir au public.

Pédaler sous l'inspiration de son père

Le fondateur d’« À vélo sans âge », Ole Kassow, est venu de Copenhague à Winnipeg pour le lancement de la nouvelle antenne en sol canadien. Il affirme que l’inspiration pour ce programme lui est venue de son père, qui était atteint de la sclérose en plaques.

« Mon père a été confiné à un fauteuil roulant quand j’avais 5 ans. Alors, le sortir de différentes façons pour l’aider à retrouver sa mobilité a toujours été naturel dans ma vie », explique M. Kassow.

Quand j’avais 12 ou 13 ans, parfois je tirais son fauteuil roulant en remorque. C’était assez stupide comme idée, mais mon père adorait ça.

Une citation de : Ole Kassow, fondateur d'« À vélo sans âge »

M. Kassow souligne que les triporteurs sont un excellent moyen d'aider les personnes à mobilité réduite à réintégrer leur communauté et à raconter leurs souvenirs.

Ole KassowAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Danois Ole Kassow, qui s'est déplacé à Winnipeg pour le lancement d'À vélo sans âge, soutient que la vie « ne finit pas, même si le certificat de naissance indique 75 ans. La vie fleurit dans tous les âges ».

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

« Si on se trouve dans une maison de retraite, ou si on a perdu son partenaire et ses amis et qu’on se retrouve tout seul, ce qu’il faut vraiment, c’est sortir et tisser de nouvelles amitiés, explique le Danois. Et les personnes âgées ont tellement d’histoires qui seront oubliées si nous ne nous avançons pas pour les écouter. »

« À vélo sans âge » compte 225 antennes dans 28 pays. L’antenne de Winnipeg est la première au monde à offrir des randonnées non seulement aux personnes âgées, mais aussi aux personnes aveugles ou malvoyantes.

Avec des informations de Rémi Authier et Holly Caruk (CBC News)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !