•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'un détenu à Dorchester : une force excessive selon l'enquête

L'Enquêteur correctionnel du Canada conclut que la mort de l'homme aurait pu être évitée.
L'Enquêteur correctionnel du Canada conclut que la mort de l'homme aurait pu être évitée. Photo: Service correctionnel Canada
Radio-Canada

L'Enquêteur correctionnel du Canada a conclu que la mort d'un prisonnier néo-brunswickois aurait pu être évitée. L'enquêteur a conclu que l'usage d'une force excessive avait mené à la mort de Matthew Ryan Hines en mai 2015, au pénitencier de Dorchester.

M. Ryan Hines purgeait une peine de cinq ans au pénitencier, relativement à une histoire de vol.

Il est mort après avoir été aspergé à répétition de gaz poivré. Un décès, juge l’Enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger, qui aurait pu être évité.

Dans son rapport rendu public mardi, M. Zinger souligne que le détenu a été aspergé de poivre cayenne à répétition et à très courte distance, ce qui a contribué à la détérioration de son état.

Il a également établi que le personnel avait fait un usage superflu de la force alors que l’homme était « clairement et visiblement maîtrisé ». M. Zinger estime également que les gardiens n'ont pas respecté la procédure médicale établie.

 Dans ce cas-ci, tout ce qui pouvait mal aller dans une intervention musclée s'est produit. 

Ivan Zinger, Enquêteur correctionnel du Canada

Il affirme que la somme de tous ces facteurs a mené à la mort de l’homme de 33 ans par asphyxie aiguë due à un oedème pulmonaire.

La famille de M. Hines s’est quant à elle dite satisfaite de l’enquête. M. Hines souffrait de problèmes de santé mentale depuis l’adolescence. Sa famille a souligné l'importance de faire la lumière sur les faits. Le rapport de M. Zinger révèle également que la famille du prisonnier s’est d’abord fait dire qu’il avait succombé à un simple arrêt cardiorespiratoire.

L'Enquêteur souligne également les insiffisances du service d’enquête interne de Service correctionnel Canada et lui fait des recommandations à ce sujet.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, s’est dit ouvert aux recommandations.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers