•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des concierges du « ghetto McGill » épuisés par les ordures des étudiants

Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des concierges qui travaillent dans des bâtiments du quartier Milton Parc, situé à l'est de l'Université McGill, sont excédés par certains étudiants de l'université qui ne respectent pas les règlements municipaux du ramassage des ordures, surtout à la fin de la session.

Un texte de Bahador Zabihiyan

C'est le cas de Daniel Leblanc. Des déchets jonchent le devant de l’immeuble qu'il gère. Si bien qu’il a dû prendre sa pelle, non pas pour déneiger, mais pour ramasser le tas d’ordures que les locataires ont laissé derrière eux à la fin de la session.

Le problème est récurrent dans ce quartier surnommé « ghetto McGill », où vivent de nombreux étudiants.

Photo : Radio-Canada

Quand leur session finit, ils déménagent, ils s’en vont chez eux. Puis là, ils sont pressés pour partir, ils laissent ça comme ça

Daniel Leblanc, concierge

Voici des exemples d’objets qui jonchaient les rues du ghetto McGill lors de notre passage:

  • un sofa
  • une caisse de bière pleine, invitant les gens à se servir
  • un meuble brisé
  • des notes de cours
  • une courge spaghetti
  • un matelas
  • une demi-douzaine d’ustensiles en métal
Photo : Radio-Canada

En mai, quand la session des étudiants se termine, le gros du travail commence pour le concierge Mustapha Charfedine. Il est épuisé et il est venu nous voir de lui-même pour nous en parler.

La situation, c’est que les étudiants ne respectent pas le règlement des poubelles […] Un étudiant, il sort ses poubelles quasiment tous les jours devant sa porte. Après ça, il dit que ce n’est pas lui. Après ça quand il déménage il laisse ça comme ça

le concierge Mustapha Charfedine
Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

Tous les ans, l’arrondissement du Plateau Mont-Royal distribue des centaines de contraventions dans ce quartier.

Des gros bacs ont été installés dans les ruelles problématiques pour inciter les étudiants à y mettre leurs déchets. Le conseiller Alex Norris est même allé plus loin.

Nous avons aussi créé une patrouille quotidienne de deux cols bleus en camionnette qui circulent et qui ramassent les déchets volumineux

Alex Norris

Les deux concierges estiment que la majorité des étudiants sont respectueux, mais que beaucoup ne comprennent pas les règlements concernant le ramassage des ordures.

John Hyun est un ancien étudiant de McGill. Sa petite amie y étudie encore. Il habite le quartier et dénonce l’incivilité de certains étudiants qui ne respectent pas ces règlements.

C’est absolument dégueulasse, ça me répugne, je ne comprends pas pourquoi les gens sont si irresponsables.

John Hyun résident du ghetto McGill

M. Charfedine estime que la Ville et ses cols bleus font de leur mieux, mais que les incivilités continuent. « C’est toujours la même chose, une rue comme la rue Aylmer ou Durocher, ou Hutchinson, elles ne peuvent jamais rester propres », dit-il.

Environnement