•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal lance l'idée d'un parc national urbain dans Pierrefonds-Ouest

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, en compagnie du porte-parole de l'opposition officielle en matière d'urbanisme, Éric Alan Caldwell, à côté d'une image présentant leur idée de parc national urbain à Pierrefonds-Ouest.

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, en compagnie du porte-parole de l'opposition officielle en matière d'urbanisme, Éric Alan Caldwell

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal estime que l'avenir du secteur Pierrefonds-Ouest, qui fait l'objet d'audiences publiques à compter de mardi soir, passe par la préservation de ses espaces verts.

Le parti Projet Montréal propose de transformer ce secteur, comprenant l'Arboretum Morgan, le parc agricole du Bois-de-la-Roche, le parc nature de l'Anse-à-l'Orme, le parc nature du Cap-Saint-Jacques et l'espace protégé de la rivière de l'Anse-à-l'Orme, en parc national urbain.

Projet Montréal fait valoir que les parcs nationaux de la grande région de Montréal, soit ceux d’Oka, du Mont-Saint-Bruno et des Îles-de-Boucherville, fonctionnent au maximum de leur capacité. Si un tel parc prenait forme dans l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) pourrait offrir des activités récréotouristiques comme du camping.

La Ville et l’arrondissement proposent de protéger la moitié des milieux naturels du secteur et de permettre la construction de 5500 logements, dans le cadre d’un projet immobilier appelé Cap-Nature, sur l’autre moitié non protégée. Un boulevard urbain serait aussi aménagé pour relier le boulevard Gouin Ouest et l’autoroute 40.

Pour l’opposition, le choix est clair. « C’est simple, plus d’espaces verts, un grand parc, versus une autoroute et plus de trafic pour les Montréalais », a résumé la chef de Projet Montréal, Valérie Plante.

Une étude publiée en décembre dernier par la Fondation David Suzuki a révélé que le parc de l’Anse-à-l’Orme recèle des espèces rares, dont un oiseau, le goglu des prés, qui est considéré comme menacé.

Des terrains privés, rappellent les promoteurs

Dans un communiqué, les propriétaires et promoteurs du projet Cap-Nature accusent Projet Montréal de se livrer à de la « démagogie ».

« En laissant entendre que la Ville de Montréal est propriétaire des terrains sur lesquels Projet Montréal propose ce nouveau parc national urbain, Mme Plante trompe les Montréalais, alors que ces terrains privés de grande valeur appartiennent aux promoteurs de Cap-Nature et qu'ils sont déjà zonés comme pouvant être développés à des fins résidentielles », affirme le porte-parole de Cap-Nature, David Cliche.

Les promoteurs de Cap-Nature rappellent qu’ils collaborent avec l’organisme Canards Illimités pour préserver les milieux naturels sur près de la moitié de ces terrains privés.

Ils soulignent que l’idée de Projet Montréal pourrait coûter des centaines de millions de dollars aux contribuables montréalais. « La Ville de Montréal a en effet déjà admis publiquement que le fait d'attribuer une affectation de conservation au Schéma d'aménagement constituerait une expropriation déguisée », ce qui pourrait entraîner des « compensations financières élevées ».

Le parti Vrai changement pour Montréal s’interroge toutefois sur le processus de changement de zonage qui a eu lieu il y a une décennie. « Nous demandons à ce que le Bureau de l’inspecteur général (BIG) fasse enquête pour assurer que l’opération de changement de zonage de 2007 ait respecté toutes les règles. Parce que le changement de zonage a eu lieu dans les années troubles de la politique municipale montréalaise, il est important d’établir si le processus aurait pu faire l’objet de malversations », déclare la chef de la formation d’opposition, Justine McIntyre, conseillère dans Pierrefonds-Roxboro, dans un communiqué.

Les audiences de l’Office de consultation publique débutent mardi soir à la mairie d’arrondissement, au 13 665, boulevard de Pierrefonds.

Grand Montréal

Société