•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

France : cinq arrestations et des armes saisies dans une opération antiterroriste

Un policier français en faction

Un policier français en faction

Photo : Radio-Canada / Yves Herman / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quatre hommes et une femme ont été arrêtés mardi en France et des armes ont été saisies par les services antiterroristes français, qui craignaient une possible action violente.

Les arrestations ont eu lieu dans plusieurs villes de France, notamment à Bihorel, près de Rouen, à Roanne, en Loire, et à Villeneuve-d'Ascq, près de Lille.

 

Deux armes de poing et deux fusils-mitrailleurs ont été retrouvés lors de l’une des perquisitions.

Ces armes étaient détenues légalement par un proche de l'un des suspects. Ces deux individus sont pour l'instant en garde à vue, ont indiqué deux sources proches de l'enquête à l'Agence France-Presse (AFP).

En contact sur les réseaux sociaux

Les suspects, nés pour la plupart dans les années 90, étaient en contact par l'entremise des réseaux sociaux, a ajouté une source judiciaire à l’AFP. Elle précise que certains des messages échangés ont fait craindre aux autorités la possibilité d'une action violente imminente.

Les arrestations ont eu lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte au parquet antiterroriste depuis mars grâce à des renseignements. L’enquête avait depuis été confiée à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Présidentielle sous tension

La menace terroriste avait pris de l’ampleur en France trois jours avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Le soir du 20 avril, Karim Cheurfi, 39 ans, a tué un policier de 37 ans, Xavier Jugelé (Nouvelle fenêtre), de deux balles dans la tête sur les Champs-Élysées.

L'attaque avait été presque aussitôt revendiquée par l'organisation djihadiste État islamique (EI), à l'origine de la plupart des attentats qui ont fait 239 morts depuis 2015 en France.

Quelques jours plus tôt, deux hommes soupçonnés de vouloir commettre un attentat avaient aussi été arrêtés à Marseille, et des armes et des explosifs avaient été saisis.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !