•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’infirmière sanctionnée pour une publication Facebook fera appel

L'infirmière Carolyn Strom

L'infirmière Carolyn Strom

Photo : Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'infirmière saskatchewanaise condamnée à verser 26 000 $ pour une publication sur Facebook fera appel de la décision devant la Cour du Banc de la Reine.

Sur Facebook, elle s'était montrée critique par rapport aux soins palliatifs reçus par son grand-père.

En octobre dernier, le comité de discipline de l'Association des infirmières autorisées de la Saskatchewan avait déclaré Carolyn Strom coupable et lui avait imposé une amende pour avoir déclaré en ligne que les employés s'occupant de son grand-père « n'étaient pas très rapides » et « n'étaient pas d'une grande aide pour maintenir la dignité d'une personne très âgée ».

Appel à la Cour de Saskatoon

L'avocat de Carolyn Strom, Marcus Davies, avait dit à CBC News le mois dernier qu'il pensait argumenter sur le fait que les commentaires de sa cliente n'étaient pas reliés à son travail, puisqu'elle était en congé de maternité à l'époque.

Il explique également que son grand-père est traité dans une autre autorité régionale de santé que celle où Mme Strom travaille.

Si cela ne s'applique pas uniquement à notre travail, cela veut donc dire que notre comportement est sous surveillance jour et nuit. Cela est donc très préoccupant pour n'importe qui d'entre nous ayant une profession.

Marcus Davies, avocat représentant Carolyn Strom

Selon lui, le comité de discipline aurait violé la liberté d'expression et de pensée de Carolyn Strom.

Il ajoute que les pénalités imposées sont excessives et déraisonnables et demande donc à la Cour d'appel de la déclarer non coupable.

Une campagne de financement participatif lancée sur le site GoFundMe a d'ailleurs permis d'amasser plus d'argent que ce qui était nécessaire pour payer les amendes.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !