•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sauces piquantes Firebarns à la conquête du marché québécois

Vif succès pour des sauces de Québec
Radio-Canada

L'entreprise Firebarns, de la région de Québec, qui produit de la sauce piquante, a le vent dans les voiles. Un nouveau contrat d'envergure vient d'être signé avec les 40 restaurants Normandin de la province.

Un texte de Claudine Pelletier Paquin

Le téléphone ne dérougit pas d'ailleurs pour les deux entrepreneurs de la région de Québec qui ont suscité l'attention à l'émission Dans l'oeil du dragon. Deux ans après ses débuts, l'entreprise est déjà en expansion.

L'entreprise a même récemment déménagé dans une nouvelle usine, plus grande, pour répondre à ses objectifs de conquérir de plus grands marchés. Vendredi dernier, Firebarns a signé un important contrat avec les restaurants Normandin afin que ses sauces soient présentes sur les tables de tous les restaurants de la chaîne.

« On veut viser le marché canadien pour 2018 et, en 2019, s'en aller vers le sud, dans le marché américain », explique fièrement Pierre-Olivier Drouin, copropriétaire des sauces Firebarns.

Les deux propriétaires de Firebarns, Frank Ménard et Pierre-Olivier Drouin.Les deux propriétaires de Firebarns, Frank Ménard et Pierre-Olivier Drouin. Photo : Radio-Canada / Claudine Pelletier Paquin

Doubler les effectifs

D'ici là, les deux hommes d'affaires auront commercialisé deux nouvelles sauces, dans les prochains mois en fait, dont une sriracha, un type de sauce piquante thaïlandaise.

Présentement, ce sont six employés, en plus des deux propriétaires, qui s'affairent à produire les quelques dizaines de milliers de bouteilles par mois.

Confiants, les propriétaires désirent doubler leur main-d'oeuvre en embauchant neuf employés de plus d'ici septembre. Les jeunes entrepreneurs croient dépasser les 200 000 bouteilles vendues pour 2017.

Une histoire d'amour de la nourriture

C'est dans la cuisine de Frank Ménard que les sauces Firebarns sont nées. « Moi, à la base, je suis un artiste. P-O [Pierre-Olivier Drouin], c'est plus un homme d'affaires », souligne le fondateur en expliquant que c'est la complémentarité de leurs caractères qui assure leur succès.

Les sauces Firebarns ont été fondées en février 2015 avec pour mission « de faire des sauces accessibles, goûteuses et peu piquantes », soutient Pierre-Olivier Drouin.

On a toujours fait cette entreprise-là pour les gens, être proche des gens et être fier de dire que ça vient de Québec.

Pierre-Olivier Drouin, copropriétaire

Le nom de l’entreprise provient d’ailleurs du chien du fondateur Frank Ménard qui apparaît, déguisé, sur chaque produit.

Le chien du propriétaire de FirebarnsLe nom de l’entreprise est inspiré du chien du fondateur qui apparaît, déguisé, sur chaque produit. Photo : Radio-Canada / Robert Asselin

Une question de persuasion

C’est à force de persévérance que les jeunes entrepreneurs de Québec ont réussi à être présents dans plusieurs chaînes à travers le Québec. Les entrepreneurs, qui étaient persuadés d'offrir quelque chose de différent, n'ont pas hésité à se faire insistants.

« Ils sont revenus par trois fois en magasin pour me convaincre », affirme Steve Pelletier, gérant du premier IGA qui a accepté de vendre les sauces Firebarns. Aujourd’hui, après avoir convaincu les propriétaires personnellement, les entrepreneurs ont réussi à faire entrer leur produit dans 70 IGA de la province.

Parmi les restaurants, L’Atelier, situé sur la Grande Allée, est parmi les premiers à avoir offert les sauces Firebarns, dès 2015. La qualité du produit, que ce soit dans le travail ou dans la sélection des matières premières, a convaincu Jonathan Ollat, un des propriétaires du restaurant, à l'adopter à ses tables.

L'engouement pour les sauces Firebarns est bien présent, selon le propriétaire qui observe que la grande majorité de ses clients consomment les sauces piquantes.

Québec

Économie