•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thunder Bay : une plaque tournante pour la traite de personnes

La ville de Thunder Bay est une plaque tournante pour le trafic humain, selon la province.

La ville de Thunder Bay est une plaque tournante pour le trafic humain, selon la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement de l'Ontario assumera les coûts de deux travailleurs sociaux spécialisés, dont un agent de liaison autochtone, pour aider à lutter contre le trafic humain à Thunder Bay.

La ville du Nord-Ouest de l’Ontario compte parmi celles qui ont été ciblées par le Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes.

Selon sa directrice, Jennifer Richardson, Thunder Bay est une plaque tournante du trafic humain.

« Les gens doivent passer par cette ville si vous voyagez par la route 1 pour vous rendre dans l’ouest du pays. Et nous voyons beaucoup de gens de l’Est qui arrêtent à Thunder Bay. »

Les statistiques démontrent que 7 victimes sur 10 de trafic humain se retrouvent en Ontario.

Jennifer Richardson, directrice du Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes

Les Premières Nations touchées

Le Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes touche 10 ministères, dont celui de l’Enfance et de la Jeunesse.

« Ce qui se passe à Thunder Bay est différent de Toronto, et il faut donc avoir une stratégie provinciale et des outils qui répondent aux besoins particuliers de chaque région », explique Mme Richardson.

L’un des deux travailleurs qui seront assignés à Thunder Bay sera affecté uniquement aux cas impliquant des victimes autochtones de trafic humain, tandis que l’autre s'occupera des jeunes adultes vulnérables qui ne sont plus admissibles aux services sociaux pour enfants et qui pourraient tomber entre les mains de trafiquants, notamment.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Autochtones