•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse du salaire minimum au Québec jugée insuffisante, selon certains travailleurs

Un chèque.

Un chèque.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le salaire minimum va augmenter de 50 cents pour se fixer à 11,25 $ l'heure au Québec, le lundi 1er mai. Malgré cette hausse, des travailleuses de Gatineau affirment qu'elles ont de la difficulté à vivre sur ce salaire.

Karine, une technicienne de surface, dans un commerce de Gatineau, qui a deux enfants, affirme qu'elle arrive à joindre les deux bouts, même si elle gagne le salaire minimum.

Une travailleuse de Gatineau affirme qu'elle arrive difficilement à faire vivre sa famille en gagnant le salaire minimum.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une travailleuse de Gatineau affirme qu'elle arrive difficilement à faire vivre sa famille en gagnant le salaire minimum.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

« Au départ c'est difficile à gérer parce qu'on a des enfants » explique Karine. « Et puis, avec l'épicerie qui monte, faut vraiment gérer les budgets [...]. C'est très difficile, mais bon, on fait avec! »

Une employée du comptoir Saint-Vincent de Paul dans le secteur de Hull affirme qu'elle ne peut se payer un appartement en gagnant le salaire minimum.

Corinne Fortier dit qu'elle dépend de sa mère pour vivre et ne sait pas comment une famille peut survivre sur le salaire minimum.

Elle apprécierait un salaire plus élevé pour pouvoir se payer des sorties au restaurant de temps en temps, et se contente pour le moment de repas communautaires avec ses amis.

Une travailleuse de Gatineau explique qu'elle ne peut vivre sur le salaire minimum.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une travailleuse de Gatineau explique qu'elle ne peut vivre sur le salaire minimum.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

« Moi je préfère les fruits, ça fait que je vais acheter des fruits, pis ensemble ça fait des bonnes salades. Mais oui, on peut pas s'acheter tout ce qu'on veut, par contre, ça s'est sûr », reconnaît-elle.

Les gens d'affaires également critiques

Le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Des Rosiers, trouve que la hausse de 50 cents du salaire minimum est « un peu trop » .

Il dit qu'elle représente 4,7%, soit plus du double de la hausse de l'indice des prix à la consommation.

Pour certaines petites entreprises, cette augmentation risque de faire mal, soutient M. Des Rosiers.

La Chambre de commerce de Gatineau qualifie toutefois de mesurée, les futures hausses du salaire minimum sur trois ans qui vont le faire passer à 12,45 $ l'heure.

L'idée d'un salaire minimum à 15 $ l'heure, continue d'alimenter les débats

L'Institut de recherche et d'informations socio-économiques estime qu'un salaire minimum à 15 $ l'heure permettrait de mieux subvenir aux besoins des travailleurs à faibles revenus.

En revanche, l'Institut Fraser, un groupe de réflexion plus à droite, recommande de se concentrer sur la Prestation fiscale au travail pour aider les travailleurs.

L'économiste Pierre Fortin, quant à lui, affirme que la hausse du salaire minimum à 15 $ est une arme à double tranchant. Si elle n'est pas contrôlée, elle pourrait avoir un impact sur les emplois et le décrochage scolaire. Il estime que la solution la plus efficace serait d'offrir des déductions fiscales aux travailleurs pauvres.

Voici un aperçu de l'évolution du salaire minimum en Ontario et au Québec depuis 1987 :

 

Avec les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Économie