•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doit-on regarder 13 Reasons Why?

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Une adolescente se donne la mort. La scène troublante vient hanter les téléspectateurs tout au long de 13 Reasons Why (Treize raisons, en français). La nouvelle série de Netflix s'est attiré les foudres des spécialistes en santé mentale qui dénoncent son impact néfaste, voire dangereux, chez les jeunes.

La trame de la série se construit autour de 13 cassettes que le personnage principal, Hannah Baker, envoie à ses collègues de classe pour expliquer sa décision de s’enlever la vie.

« On voit le suicide comme une façon de se venger affirme en entrevue à Radio-Canada la Dre Karine Igartua, présidente de l’Association des médecins psychiatres du Québec. Or, le suicide est toujours une décision personnelle. On ne peut pas mettre le blâme sur quelqu’un d’autre. C’est un mauvais message. »

D’ailleurs, la série n’aborde pas les causes sous-jacentes de la dépression, tout comme la maladie mentale en général. Son réalisme pourrait aussi être problématique, indiquent les experts.

Hannah est capable de faire entendre sa voix après sa mort, « goûtant ainsi au succès de la vengeance ou faisant réaliser aux gens l’impact de leurs gestes », observe Katherine Cowan, de l’Association américaine des psychologues scolaires. Cette fausse impression de récompense pourrait être un élément déclencheur pour les jeunes à risque.

« Le suicide, ce n’est pas une façon de se rendre populaire, rappelle la Dre Igartua. Ce n’est pas une réaction normale non plus à une série d’événements négatifs dans la vie. On en vit tous et on apprend à se relever. »

Besoin d'aide?

Tel-jeunes : 1 800 263-2266 texto : 514-600-1002
Centre de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553)

Images troublantes

13 Reasons Why est aussi ponctué de nombreux retours dans le temps, notamment quand Hannah Baker met fin à ses jours. Les scènes dérangeantes se font plus longues, plus explicites au fur et à mesure.

« Il y a des choses réelles qu’on n’a pas besoin de voir, prévient la psychiatre. Une fois qu’on les a vues, il y a un risque que ces images restent dans notre cerveau et qu'on n’arrive pas à s'en débarrasser. »

En plus du potentiel de traumatisme, le suicide de la protagoniste peut être perçu comme un manuel d’instructions. Plus des adolescents présentant un risque de suicide sont exposés à des détails, plus il y a un risque d’entraînement, indique la Fondation JED, qui travaille à la prévention du suicide chez les jeunes Américains.

Les bons côtés

Quelque dérangeante que puisse être la série, 13 Reasons Why met néanmoins en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes d’aujourd’hui, estime la Dre Igartua, comme la rupture amoureuse, l'image virtuelle, la pression des pairs. Des situations qui peuvent sembler aux parents banales, mais qui ont leur importance à l’école secondaire.

Selon les experts, les adultes font piètre figure dans la série. Ils sont dépeints comme étant incompétents, inutiles et déconnectés, juge la Dre Igartua. Par exemple, quand Hannah se confie au conseiller de son école après une agression sexuelle, celui-ci jette le blâme sur la jeune femme.

C’est donc l’occasion pour les parents de rappeler à leurs adolescents que les adultes peuvent les aider à surmonter leurs problèmes, rappelle Karine Igartua. Elle suggère de regarder la série en famille pour rectifier les faits.

Avec les informations de CBC

Séries télé

Société