•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier hackathon à Ottawa pour améliorer les soins de santé

Olivier Miguel devant un ordinateur, travaille avec son équipe sur un projet d'orthèse.

Olivier Miguel travaille avec son équipe sur un projet d'orthèse.

Photo : Radio-Canada / Agnès Chapsal

Radio-Canada

Ce sont 150 développeurs, innovateurs et entrepreneurs qui participent à un remue-méninges jusqu'à dimanche dans le centre-ville d'Ottawa pour élaborer des projets dont certains amélioreront la prise en charge des enfants au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO).

Un texte d'Agnès Chapsal

Au 14e étage d'un immeuble qui abrite l'entreprise canadienne Shopify, de jeunes diplômés et étudiants d'université se concertent pour élaborer des projets. En voici quelques-uns, parmi les 15 qui ont été lancés vendredi.

Réduire l'attente pour obtenir un diagnostic d'apnée du sommeil

En maîtrise de génie biomédical à l'Université Carleton, Kevin Dick a choisi avec 11 autres étudiants de s'atteler à l'apnée obstructive du sommeil qui touche les enfants en bas âge. Il s'agit de difficultés respiratoires qui surviennent pendant le sommeil chez certains enfants.

Ce sont 8 personnes qui participent à l'hackathon sur la santé à Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce sont 150 développeurs, innovateurs et entrepreneurs qui participent à un remue-méninges de trois jours dans le centre-ville d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Au CHEO, les patients chez qui l'on suspecte de l'apnée doivent attendre un an minimum pour passer un test qui consiste à rester une nuit à l'hôpital pendant laquelle le sommeil est évalué. Or, le projet de Kevin Dick vise à donner aux parents des outils pour détecter les symptômes de l'apnée du sommeil et ainsi éviter une attente inutile si leur enfant n'en souffre pas.

« On essaie de chercher des solutions simples, donner de l'information et des instructions », a expliqué M. Dick.

Trois outils seront mis à la disposition des parents et des médecins :

  • un site web comprenant des informations sur l'apnée du sommeil ;
  • une application sur un téléphone intelligent pour qu'ils enregistrent en vidéo de manière standardisée leur enfant en train de dormir, à raison de 5 minutes une fois par semaine ;
  • une analyse de vidéos automatisées sur les couleurs de la peau de l'enfant, les difficultés respiratoires modifiant ponctuellement la couleur de la peau.

L'ensemble de ces outils permettrait aux médecins d'avoir des informations précises avant de prévoir des tests plus poussés, notamment une hospitalisation pour évaluer le sommeil de l'enfant et ainsi de réduire l'attente au CHEO s'il n'y a aucun symptôme.

Une orthèse munie de capteurs après une chirurgie

Beaucoup de sports exposent les adolescents à une rupture des ligaments croisés. La rééducation à la suite d'une chirurgie est alors parfois longue et douloureuse.

Ingénieur en mécanique biomédical, Olivier Miguel, aidé d'Elliot Yeung et de Fadwa Darwaish, fait le design d'un appareil orthopédique en 3D sur son ordinateur portable.

« Les capteurs permettront de faire de la collecte de données et guideront les adolescents dans leur réhabilitation », a souligné M. Miguel. Ils enregistreront notamment l'activité des muscles, leur rapport de force et les mouvements du genou. L'idée est ensuite de prescrire des exercices adaptés.

L'orthèse imaginée par Olivier Miguel sera imprimée en 3D puisqu'une entreprise spécialisée en imprimantes 3D prête main-forte aux participants pour qu'ils puissent présenter leur projet abouti.

Des imprimantes 3D.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les projets qui s'y prêtent pourront être imprimés en 3D.

Photo : Radio-Canada / Agnès Chapsal

Une montre intelligente pour mesurer tous les signes vitaux en temps réel

Karim Alibhai et Azadeh Dastmalchi, du Collège Algonquin, mettent au point une montre intelligente qui tout au long de la journée mesure les signes vitaux (battements de coeur, pression artérielle, température et saturation en oxygène, notamment).

Une alerte est envoyée en cas de problème aux membres de la famille, aux urgences ou à un médecin référent.

« On peut tout personnaliser et choisir les personnes qu'on souhaite alerter en cas de problème », a précisé Karim Alibhai. « Il y a aussi une fonctionnalité pour le 911 et la possibilité d'obtenir une ambulance si une urgence se présente. »

L'équipe pense commercialiser sa montre intelligente et la vendre au prix de 300 $.

Des montres intelligentes posées sur une table.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les montres intelligentes remplaceraient les outils de mesure traditionnels des signes vitaux.

Photo : Radio-Canada / Agnès Chapsal

D'autres bonnes idées :

  • Une application comprenant des photos et des vidéos pour optimiser la réussite d'une chirurgie réparatrice à la suite d'un cancer ou d'un traumatisme
  • Une base de données sur l'efficacité des traitements chez les enfants en oncologie et en hématologie

Les projets seront présentés devant jury dimanche à 15 h. Les gagnants toucheront 120 000 $ pour les concrétiser.

Ottawa-Gatineau

Santé publique