•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une plaque d’immatriculation Star Trek jugée trop offensante

Une plaque d'immatriculation
La plaque arbore le slogan « ASIMIL8 », qui se lit assimilate (assimiler) en anglais. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un automobiliste et amateur de la série Star Trek doit rendre ses plaques d'immatriculation personnalisées à la Société d'assurance publique du Manitoba (SAPM), car celle-ci trouve que le slogan des plaques est offusquant, bien que l'agence gouvernementale ait approuvé leur utilisation.

Un texte de Catherine Logan

Les plaques ciblées arborent le slogan « ASIMIL8 », qui se lit assimilate (« assimiler ») en anglais. Le propriétaire des plaques, Nick Troller, explique qu’il s’agit du mot fétiche des Borgs, une race de créatures cybernétiques imaginaires qui est un adversaire récurrent dans la série culte.

Le Winnipégois indique qu’il voulait que les plaques de toutes les voitures de sa famille soient des références à la série de science-fiction.

« On a brûlé bien de slogans avant d’en arriver à [ASIMIL8]. Mon premier choix, c’était le NCC-1701, ce qui est le matricule de l’Enterprise [un vaisseau spatial appartenant à l'univers de Star Trek]. Mais on m’a refusé ça, parce qu’on ne peut pas avoir trois lettres et quatre chiffres sur sa plaque », regrette-t-il.

Nick Troller avec des jouets Star TrekLe Winnipégois Nick Troller dit adorer la série culte Star Trek depuis sa jeunesse, et voulait que les plaques d'immatriculation de ses véhicules reflètent cette passion. Photo : Radio-Canada

C’est quand la femme du Trekkie lui a acheté un support de plaque d’immatriculation affichant l'aphorisme des Borgs – « Nous sommes le Borg, toute résistance serait futile » – que l’idée de « ASIMIL8 » lui est venue.

La directive première de l’espèce fantaisiste, précise le Winnipégois, est d’en assimiler d’autres qui possèdent un savoir, des technologies ou des techniques plus évolués. Il n’avait jamais effleuré l’esprit de Nick Troller que le message puisse être mal interprété par certains comme un message raciste ou anti-immigré.

En regardant la plaque, on voit très bien que je suis amateur de l’émission Star Trek. Le support contextualise bien le slogan.

Nick Troller

Ce que l’automobiliste trouve le plus ennuyant, cependant, c’est que la Société d’assurance publique du Manitoba avait préalablement approuvé ses plaques, et qu’il roule avec ces dernières depuis environ deux ans déjà.

« Une employée m’avait confirmée au téléphone que le slogan était disponible et que je pourrais l’avoir. Ensuite, j’ai indiqué qu’il s’agissait d’une référence à Star Trek dans l’espace du formulaire prévu à cet effet. Trois semaines plus tard, j’avais mes plaques personnalisées », relate M. Troller.

La propriété de la Couronne

Selon la lettre que la Société d’assurance publique a envoyée à l’amateur de Star Trek, l’organisme a reçu deux plaintes relativement au slogan depuis août 2015. M. Troller devra donc renvoyer ses plaques avant le 1er mai.

C'est décevant qu'il suffise d'une ou deux personnes qui n'ont pas compris la référence pour tout gâcher.

Nick Troller

« La Société d'assurance publique du Manitoba prend très au sérieux les plaintes de plaques personnalisées inappropriées ou offensantes, et la Société enquête sur l’approbation de la plaque [de M. Troller] », affirme l’agence dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Quant à la question de l’approbation a priori de l’utilisation des plaques personnalisées de Nick Troller, la SAPM a rappelé qu’en vertu de la loi provinciale, les plaques d’immatriculation sont la propriété de la Couronne et doivent être retournées au Registraire des véhicules à moteur sur demande.

Nick Troller espère tout de même que la SAPM lui permettra de garder une plaque en souvenir.

« Je n’ai même pas besoin des deux plaques. Je ne pourrais pas m’en servir, de toute façon. Mais c’est du Star Trek, et je voudrais en garder une juste pour moi », concède-t-il.

Avec des informations de Pierre Verrière et de Brett Purdy (CBC News)

Société