•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba s'attaque à la violence sexuelle sur les campus

Une manifestation étudiante pour dénoncer la culture du viol
Une manifestation étudiante pour dénoncer la culture du viol Photo: Flickr/Chase Carter
Radio-Canada

Une nouvelle loi manitobaine qui exige la mise en place de politiques spécifiques pour encadrer la violence sexuelle dans toutes les établissements postsecondaires de la province est entrée en vigueur vendredi.

« Cette loi crée des attentes claires pour la création d'environnements sécuritaires dans tous les établissements postsecondaires et la formation du personnel pour appuyer de manière compatissante et appropriée les victimes de violence sexuelle », déclare le ministre de l'Éducation et de la Formation du Manitoba, Ian Wishart.

Déposée à l'Assemblée législative après une polémique entourant les politiques sur la violence sexuelle à l'Université de Brandon, la nouvelle loi s'appliquera désormais à tous les établissements postsecondaires du Manitoba : les universités et les collèges, ainsi que les établissements d'enseignement professionnel religieux ou privés.

La Loi sur la sensibilisation et la prévention en matière de violence à caractère sexuel établit notamment une définition formelle de la violence à caractère sexuel, qui est décrite comme « tout acte sexuel ou tout acte visant la sexualité, l'identité sexuelle ou l'expression de l'identité sexuelle d'une personne, qu'il soit de nature physique ou psychologique, qui est commis, que l'on menace de commettre ou qui est tenté à l'endroit d'une personne sans son consentement ».

Elle exige aussi la mise en place de politiques spécifiques pour encadrer la violence sexuelle commise dans les plateformes numériques, dont les médias sociaux.

« La triste réalité, c'est que le harcèlement et la violence sexuelle sont très présents dans les médias sociaux », déplore la ministre responsable de la Condition féminine, Rochelle Squires, ajoutant que de 15 à 20 % des étudiantes ont été victimes d'agression sexuelle ou de tentative d'agression sexuelle au cours de leurs études.

Manitoba

Société