•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La moitié des demandes d’aide médicale à mourir acceptées en Alberta

L'aide médicale à mourir suscite de nombreux débats au Canada.

L'aide médicale à mourir suscite de nombreux débats au Canada.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En Alberta, 124 demandes d'aide médicale à mourir ont été recensées dans les six premiers mois qui ont suivi sa légalisation, selon le premier rapport périodique sur l'aide médicale à mourir. Sur les 124 demandes, 61 décès s'en sont suivis.

Trente-six demandes ont été refusées, les patients n'ayant pas été jugés admissibles. Vingt-sept personnes ont changé d'avis ou sont mortes de façon naturelle.

La moyenne d’âge des personnes décédées est de 69 ans, la moyenne d’âge la plus basse comparativement aux autres provinces canadiennes. Par ailleurs, 59 % des patients sont des femmes et 41 % des hommes.

Les problèmes médicaux les plus communs chez les personnes ayant reçu l'aide médicale à mourir sont le cancer et des maladies neurodégénératives.

Dans l’ensemble du pays, il y a eu un total de 803 demandes. Le nombre de décès en Alberta est peu élevé, si on le compare à ceux de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, qui sont respectivement de 188 et de 189. En Saskatchewan, il y en a eu 11, et au Manitoba, 21.

La ministre associée à la Santé, Brandy Payne, a affirmé dans un communiqué que le gouvernement surveillait attentivement le nombre de demandes et qu'un comité d'évaluation était en place pour surveiller cette procédure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !